Courrier des lecteurs

Prescrire ou proscrire, il faut choisir

Publié le 15/02/2019

Le 18 mars 2018, 124 médecins dénonçaient la pratique de l’homéopathie « dénuée de fondement scientifique ».

Aujourd’hui, la revue Prescrire propose pour la septième année une liste des « médicaments plus dangereux qu’utiles et à écarter des soins ». Il y en a 93. Ces produits remboursés sont parfois plus chers que l’Arnica 9 CH (CTJ : 0,16 euros).

L’aplomb des 124 donne à penser qu’ils n’ont jamais prescrit de Motilium, d’Ercéfuryl, de Janumet, de Velmétia. Pas plus que d’anti-Alzheimer, ni même de Toplexil, de Primalan, de Vastarel ou d’Hexaquine. Ou en son temps de Mediator. Ils ont même – c’est probable – échappé à la tentation de tous les antidépresseurs réputés et tellement novateurs… Chapeau, confraternels confrères !

Pourtant, plus d’une dizaine de ces produits figurent dans la liste des 100 médicaments les plus prescrits en France !

La conclusion saute aux yeux : ce sont probablement les homéopathes « dénués de fondement scientifique » qui, quand ils sont lassés de leurs échecs, les utilisent comme plan B.

Vous aussi, vous voulez réagir à l’actualité médicale ? Adressez-nous vos courriers accompagnés de vos nom, prénom et lieu d’exercice à redaction@legeneraliste.fr

Dr Gérard Bouvier, Montaigu (Jura)

Source : Le Généraliste: 2861