Courrier des lecteurs

« La rémunération des généralistes doit tenir compte du facteur temps »

Publié le 20/11/2020

La médecine de papa a évolué. Il est inadmissible qu’une consultation de 5 minutes (si si, ça existe !) soit rémunérée de la même façon qu’une autre de 20 minutes. Des collègues consciencieux travaillent sur rendez-vous pour le bien-être et le confort de leurs patients, avec minimum 15 minutes par personne, et ne touchent que 25 euros pour un travail de qualité, quand d’autres expédient leurs patients en quelques minutes pour 25 euros également. Certains font donc une trentaine d’actes de qualité par jour (mal rémunérés) alors que d’autres alignent 70-80 actes dans le même temps et gagnent 2 à 3 fois plus… Cherchez l’erreur !

Quant à l’indemnité kilométrique (IK) à 61 centimes du km… de qui se moque-t-on ? Vous vous étonnez que certains ne fassent plus de visites à domicile mais le temps perdu dans la circulation et la multiplication des limitations de vitesse allongent le temps de trajet. À 61 centimes du km, autant dire 30,5 centimes pour deux minutes « perdues », c’est vraiment très peu cher payé.

Au lieu de demander sans cesse la revalorisation du C (oh, pardon, du GS !), rappelez à nos chers politiques que les médecins respectueux de leurs patients par la qualité de leurs actes (écoute, empathie, examen clinique, conseils, rédaction de multiples certificats que les spécialistes ne veulent d’ailleurs pas faire !), gagnent 3,5 à 4 SMIC de l’heure. Les champions des actes très rapides n’ont d’ailleurs pas la reconnaissance de leurs patients. Certains n’hésitent pas à nous raconter leurs mésaventures chez de tels confrères : « Il ne m’a même pas examiné… Il n’a même pas pris ma tension, il n’avait pas le temps… »

Il faut une juste rémunération des actes de qualité et le facteur temps doit être pris en compte. Exemple, le C serait à 25 euros pour une consultation de 10 minutes, 35 euros pour 15 minutes, 45 euros pour 20 minutes… Et l’IK devrait être revalorisée au minimum de 1,50 à 2 euros. La qualité de l’acte et le service rendu aux patients seraient bien meilleurs, les patients seraient rassurés et se porteraient mieux. Il y aurait moins d’actes en quantité, mais de bien meilleure qualité. Tout bénéfice pour la Sécu. CQFD ! 

Vous aussi, vous voulez réagir à l’actualité médicale ? Adressez-nous vos courriers accompagnés de vos nom, prénom et lieu d’exercice à redaction@legeneraliste.fr

Dr Pierre D., sur legeneraliste.fr

Source : Le Généraliste