Courrier des lecteurs

Et la médecine libérale alors ?

Publié le 16/10/2020

Il y a quelques jours de cela, sur le site du Généraliste, nous apprenions que notre cher ministre de la Santé allait changer de braquet en ce qui concerne la gestion des hôpitaux : on va donner les moyens nécessaires et fermer les yeux sur les dérives budgétaires de ces établissements publics.

M. Véran oublie que les acteurs principaux de notre système de santé sont les libéraux (surtout les généralistes) et non les hospitaliers. Ils sont les premiers à intervenir auprès de nos concitoyens en détresse, et arrivent dans la plupart des cas à résoudre les problèmes de santé des patients ; cela permettant de réduire un engorgement au sein des services d’urgence de nos hôpitaux qui serait démesuré sans cette contribution.

Aussi, alors que les pouvoirs publics ne prennent pas en compte ces libéraux, il serait tout de même intelligent de penser à les revaloriser de manière correcte et à leur montrer également que l’on a un peu de respect pour eux. Malheureusement, les généralistes ne sont pas assez structurés pour défier le pouvoir, et ne représentent pas une force électorale suffisante pour être dignes d’une écoute attentive.

Les pays européens qui ont compris l’intérêt des médecins de famille ont pu résoudre des problématiques délicates en les rétribuant correctement et en reconnaissant l’importance de leur fonction. En France, l’absence de cette prise en compte va mettre à mal l’efficience de notre système de santé.

Dr Pierre Frances, Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales)

Source : Le Généraliste