Au secours, la deuxième vague arrive !

Publié le 18/09/2020

La deuxième vague arrive, espérons qu’elle ne sera pas à l’image du modèle non théorique des tsunamis. Car c’est celle qui emporte tout ! Selon moi, il s’agit toujours de la même vague, seulement ralentie par des mesures à court terme de confinement drastique. Vague qui peut durer dix ans, voire plus !

Alors quand j’entends déjà parler de la gestion de l’après-Covid, alors qu’on est incapable de gérer le présent — a-t-on géré correctement l’« après-première vague » ? —, j’ai des frissons. Le politique se réfugie derrière la science pour se disculper, mais la politique, c’est se reposer non seulement sur la science, mais aussi sur l’économie, la sociologie, l’écologie… Le rôle du politique est de se mettre « au-dessus », c’est-à-dire d’endosser une vraie responsabilité collective, pas individuelle. Et donc de faire la synthèse de tous les composants. Et non d’en prendre un seul qui ne sert que de parade juridique en responsabilité individuelle, en sachant avant tout discourir pour faire passer des messages simples, cohérents, donc compréhensible par tous.

Pour l’instant, ça ressemble à un énorme fiasco. D’autant que les données issues de la science, la vraie, ne sont pas LA vérité. Seuls les intégristes colporteurs de la nouvelle religion scientiste athée qui nous gouverne l’affirment. Il y a peu, le directeur de mon ARS, pour se disculper d’une éventuelle catastrophe annoncée, accusait ainsi les gens qui ne respectaient pas la distanciation sociale dans les bus ! Pourquoi n’accusait-il pas plutôt notre maire écologiste — mais non écologue — de ne pas mettre à disposition un nombre suffisant de bus pour permettre cette distanciation ? La seule réponse fut de dire aux gens d’attendre le bus suivant… 17 heures, sortie des classes : attente jusqu’à 22 heures assurée, sauf retour à pied.

Il faut donc que les gens aient toujours tort. Mais n’avez-vous pas remarqué dans le discours sur les masques, d’abord inutiles puis devenus obligatoires, qu’il était un élément qui n’avait pas changé ? Lapsus, refus de montrer qu’on s’est trompé ou oubli de réactualisation du masque qui sert par copier-coller à rédiger les discours, on entend trop souvent « les gens doivent respecter les gestes barrières et le port du masque », ce dernier étant toujours déclaré donc perçu comme étant un non-geste barrière.

Et on fait semblant de s’étonner que les gens ne comprennent rien !

Vous aussi, vous voulez réagir à l’actualité médicale ? Adressez-nous vos courriers accompagnés de vos nom, prénom et lieu d’exercice à redaction@legeneraliste.fr

Dr Yves Adenis-Lamarre, Bordeaux (Gironde)

Source : Le Généraliste