Etude - [INFOGRAPHIE] Le mal être des adolescents grandit
Infographie

Etude [INFOGRAPHIE] Le mal être des adolescents grandit

12.03.2015
  • Etude -  [INFOGRAPHIE] Le mal être des adolescents grandit-1

    [INFOGRAPHIE] Le mal être des adolescents grandit

Il y a un peu moins d’un an l’OMS déclarait la dépression maladie numéro un chez les adolescents. Aujourd’hui, une grande enquête coordonnée par l'Unité Inserm 1178 « Santé mentale et santé publique » tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme sur le mal être des adolescents. Avec le pôle Universitaire de la Fondation Vallée, l’Inserm a souhaité dressé un état des lieux de l’adolescence aujourd’hui. L’enquête a interrogé en 2013, 15 235 jeunes scolarisés, âgés de 13 à 18 ans à l’aide d’auto-questionnaires. Parmi les thèmes explorés, l’étude a interrogé ces adolescents sur leur mal-être.

Les filles plus dépressives que les garçons

D’après l’étude, la dépression touche 16,8% des filles et 7% des garçons. Une différence de sexe qui se retrouve dans la proportion de jeunes « subdépressifs » ou légèrement déprimés : 33,6% de filles et 21,6% de garçons, des données en grande augmentation selon l’enquête. Augmentation aussi des tentatives de suicide, plus fréquentes qu’auparavant : 7,8% des jeunes en ont déjà effectué une, 3,7% plus d’une. De plus 38,9% des jeunes ont déjà pensé que « la vie ne valant pas la peine d’être vécue ». L’étude s’est alors penchée sur les « modalité de lutte » des adolescents lorsqu’ils étaient en situation de mal-être. La solution la plus privilégiée est l’isolement (74,5% pour les filles, 57,6% pour les garçons). « Ce qui pose le problème du repérage de leur mal-être par les autres, les amis ne représentant que la troisième ressource, derrière l’écoute de la musique (surtout les filles) ou les jeux vidéo (surtout les garçons) » précise l’étude.

[Infographie] : Les "modalités de lutte" des adolescents en situation de mal-être
 

Sur la consommation de substances psychoactives, l’enquête révèle que les filles consomment surtout du tabac (9,2% se disent accro, contre 7,8% des garçons) et les garçons plutôt de l’alcool avec 37,6% d’entre eux qui déclarent une « alcoolisation ponctuelle importante » dans le mois précédant l’enquête. 7,1% des sondés consomment aussi régulièrement du cannabis.

Concernant la sexualité, 10,7 % des garçons contre 4,2% des filles disent avoir eu des rapports sexuels avant l’âge de 13 ans.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Congrès de l'Isnar-IMG à Tours Aides à l'installation : les cafouillages du contrat CESP entre manque d’accompagnement et défaut d’information

Le contrat d’engagement de service public (CESP) a été créé il y a neuf ans. l’Intersyndicale des internes en médecine générale (Isnar-IMG) et l’Anemf ont donc jugé le moment opportun pour en faire...Commenter

Anti-acides et thérapies anticancéreuses ne font pas bon ménage

Femme traitée par chimiothérapie

L’utilisation de médicaments anti-acide impacte de manière négative la survie de patients atteints de cancer et traités par pazopanib... Commenter

La moitié des internes en médecine générale dépasse le temps de travail réglementaire

.

À l’occasion du 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de médecine générale (Isnar-IMG) à Tours, l’organisation a présenté les résulta... 5

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir