Etude - [INFOGRAPHIE] Le mal être des adolescents grandit
Infographie

Etude [INFOGRAPHIE] Le mal être des adolescents grandit

12.03.2015
  • Etude -  [INFOGRAPHIE] Le mal être des adolescents grandit-1

Il y a un peu moins d’un an l’OMS déclarait la dépression maladie numéro un chez les adolescents. Aujourd’hui, une grande enquête coordonnée par l'Unité Inserm 1178 « Santé mentale et santé publique » tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme sur le mal être des adolescents. Avec le pôle Universitaire de la Fondation Vallée, l’Inserm a souhaité dressé un état des lieux de l’adolescence aujourd’hui. L’enquête a interrogé en 2013, 15 235 jeunes scolarisés, âgés de 13 à 18 ans à l’aide d’auto-questionnaires. Parmi les thèmes explorés, l’étude a interrogé ces adolescents sur leur mal-être.

Les filles plus dépressives que les garçons

D’après l’étude, la dépression touche 16,8% des filles et 7% des garçons. Une différence de sexe qui se retrouve dans la proportion de jeunes « subdépressifs » ou légèrement déprimés : 33,6% de filles et 21,6% de garçons, des données en grande augmentation selon l’enquête. Augmentation aussi des tentatives de suicide, plus fréquentes qu’auparavant : 7,8% des jeunes en ont déjà effectué une, 3,7% plus d’une. De plus 38,9% des jeunes ont déjà pensé que « la vie ne valant pas la peine d’être vécue ». L’étude s’est alors penchée sur les « modalité de lutte » des adolescents lorsqu’ils étaient en situation de mal-être. La solution la plus privilégiée est l’isolement (74,5% pour les filles, 57,6% pour les garçons). « Ce qui pose le problème du repérage de leur mal-être par les autres, les amis ne représentant que la troisième ressource, derrière l’écoute de la musique (surtout les filles) ou les jeux vidéo (surtout les garçons) » précise l’étude.

[Infographie] : Les "modalités de lutte" des adolescents en situation de mal-être
 

Sur la consommation de substances psychoactives, l’enquête révèle que les filles consomment surtout du tabac (9,2% se disent accro, contre 7,8% des garçons) et les garçons plutôt de l’alcool avec 37,6% d’entre eux qui déclarent une « alcoolisation ponctuelle importante » dans le mois précédant l’enquête. 7,1% des sondés consomment aussi régulièrement du cannabis.

Concernant la sexualité, 10,7 % des garçons contre 4,2% des filles disent avoir eu des rapports sexuels avant l’âge de 13 ans.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Infirmière

Infirmière en pratique avancée : la profession dénonce un dispositif trop « hospitalier » et rectifie le décret

D'ici quelques jours, le ministère de la Santé devrait remettre aux syndicats de médecins une nouvelle version du décret encadrant les Infirmières en pratique avancée (IPA). Fustigée par l'ensemble...1

Épidémie de rougeole, où en est-on ?

Virus de la rougeole

On en parle moins, cependant l'épidémie de rougeole sévit toujours en Fance, puisque d'après le dernier bulletin hebdomadaire publié hier... 1

Agnès Buzyn, femme politique la plus influente du premier trimestre 2018

Agnès Buzyn

Stratégie de transformation du système de santé, plan prévention, financement des Ehpad… Depuis le début de l'année, Agnès Buzyn est sur... 1

Prévention LA PROMOTION DE LA PRÉVENTION EN SALLE D’ATTENTE EST INEFFICACE Abonné

Salle d'attente

La salle d’attente du généraliste est logiquement un lieu idéal – puisque contextualisé – d’affichage de messages sanitaires, notamment... Commenter

Nutrition LES RÉGIMES RESTRICTIFS Abonné

Régime restictif

De plus en plus de patients se lancent dans des régimes restrictifs sans en connaître les conséquences. Nous faisons le point sur plusieurs... 1

A découvrir