[INFOGRAPHIE] Combien de temps attend-on aux urgences dans les hôpitaux français ?

[INFOGRAPHIE] Combien de temps attend-on aux urgences dans les hôpitaux français ?

30.07.2014
  • [INFOGRAPHIE] Combien de temps attend-on aux urgences dans les hôpitaux français ?-1

Voilà une enquête qui devrait remettre du baume au cœur des urgences si souvent critiquées dans le système Français. A en croire une étude de la DREES qui vient d’être rendue publique, on attendrait en effet pas si longtemps que ça aux urgences hospitalières : moins de deux heures pour la moitié des patients (48%) et même moins d’une heure pour un cinquième des gens qui s’y présentent. Au total, huit patients sur dix seraient sortis en moins de quatre heures.

Encore faut-il bien sûr, reconnaît la DREES, faire le distinguo en fonction des motifs qui amènent à la porte des hôpitaux. S’y présente-t-on pour un diagnostic de lésion traumatique ou d’intoxication (le plus fréquent) ? Dans 60% des cas, on est sorti en moins de deux heures. Idem pour les affections de l’appareil respiratoire, de la peau ou infectieuses. En revanche, la prise en charge est plus longue pour les patients présentant des symptômes plus diffus, type malaise ou fatigue dont 30% seulement sortent en moins de 2 heures.

[INFOGRAPHIE] Le temps d’attente aux urgences le 11 juin 2013 (DREES)
 

L’enquête a porté sur les 52 000 personnes qui se sont présentées aux urgences un jour de semaine, le mardi 11 juin 2013, hors période d'épidémies saisonnières. Elle confirme que dans la plupart des cas (six fois sur dix), on va aux urgences de sa propre initiative ou sur le conseil d’un proche. La décision faisant suite à un conseil médical dans un quart des cas. En bonne logique, c’est donc du domicile que l’on vient (65%) et vers le domicile que l’on repart (75%) la plupart des fois. 20% des malades seront en revanche hospitalisés et 2% quitteront les urgences sans attendre d’être pris en charge.

Au total, près d’une personne sur 1000 se rend aux urgences un jour ordinaire de l’année. Mais les bébés ont un taux de recours beaucoup plus élevé (2/1000 chez les moins de un an), ainsi que les personnes âgées (1,5/1000 chez les plus de 85 ans). L’étude renseigne d’ailleurs sur les particularités des motifs de recours en fonction de l’âge. Jusqu’à 5 ans : pathologies ORL, respiratoires, gastro-entérologiques, troubles alimentaires ou fièvres sont fréquents. Entre 10 et 14 ans : la traumatologie -qui représente sept passages sur dix- prédomine, liée aux accidents domestiques ou de sport. A partir de 65 ans : quatre fois sur dix, la traumatologie (25%, souvent liées aux chutes) ou des problèmes cardio-vasculaires (18%) sont en cause.

Dernier enseignement de ces 24 heures de la vie aux urgences : les horaires d’accès ne sont guère différents finalement de ceux de la médecine ambulatoire. On va aux urgences dans la journée et en début de soirée, jusqu’à 20 heures. Un quart des passages seulement ayant lieu entre 20h et 8h et 10% seulement en nuit profonde (0h-8h).

 
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add

Le retard de paiement du forfait médecin traitant agace la profession

Les généralistes n'ont pas encore touché le Forfait médecin traitant (FMT) au titre du dernier trimestre 2017. Les médecins, qui devaient recevoir le paiement avant le 15 février, n'ont toujours...Commenter

À droite aussi, on veut en finir avec le tout paiement à l'acte

Valérie Pécresse

Valérie Pécresse bientôt aux commandes de l’ARS Île-de-France ? Dans le premier cahier de propositions de « Libres ! », mouvement politique... 4

Enquête : qu'attendez-vous de la recertification ?

recertification

Le gouvernement souhaite mettre en place une recertification périodique des compétences des médecins. Beaucoup d’incertitudes entourent... 9

ORL LE VERTIGE POSITIONNEL PAROXYSTIQUE BÉNIN Abonné

Vestibulométrie sous vidéonystagmographie (VNG)

Les vertiges paroxystiques positionnels bénins sont la première cause de vertiges, mais le médecin généraliste doit avant tout éliminer une... Commenter

Prescription METFORMINE ET RISQUE D’ACIDOSE LACTIQUE Abonné

Molecule de Metformine

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a récemment alerté sur le risque d’acidose lactique sous... Commenter

A découvrir