[INFOGRAPHIE] Combien de temps attend-on aux urgences dans les hôpitaux français ?

[INFOGRAPHIE] Combien de temps attend-on aux urgences dans les hôpitaux français ?

30.07.2014
  • [INFOGRAPHIE] Combien de temps attend-on aux urgences dans les hôpitaux français ?-1

Voilà une enquête qui devrait remettre du baume au cœur des urgences si souvent critiquées dans le système Français. A en croire une étude de la DREES qui vient d’être rendue publique, on attendrait en effet pas si longtemps que ça aux urgences hospitalières : moins de deux heures pour la moitié des patients (48%) et même moins d’une heure pour un cinquième des gens qui s’y présentent. Au total, huit patients sur dix seraient sortis en moins de quatre heures.

Encore faut-il bien sûr, reconnaît la DREES, faire le distinguo en fonction des motifs qui amènent à la porte des hôpitaux. S’y présente-t-on pour un diagnostic de lésion traumatique ou d’intoxication (le plus fréquent) ? Dans 60% des cas, on est sorti en moins de deux heures. Idem pour les affections de l’appareil respiratoire, de la peau ou infectieuses. En revanche, la prise en charge est plus longue pour les patients présentant des symptômes plus diffus, type malaise ou fatigue dont 30% seulement sortent en moins de 2 heures.

[INFOGRAPHIE] Le temps d’attente aux urgences le 11 juin 2013 (DREES)
 

L’enquête a porté sur les 52 000 personnes qui se sont présentées aux urgences un jour de semaine, le mardi 11 juin 2013, hors période d'épidémies saisonnières. Elle confirme que dans la plupart des cas (six fois sur dix), on va aux urgences de sa propre initiative ou sur le conseil d’un proche. La décision faisant suite à un conseil médical dans un quart des cas. En bonne logique, c’est donc du domicile que l’on vient (65%) et vers le domicile que l’on repart (75%) la plupart des fois. 20% des malades seront en revanche hospitalisés et 2% quitteront les urgences sans attendre d’être pris en charge.

Au total, près d’une personne sur 1000 se rend aux urgences un jour ordinaire de l’année. Mais les bébés ont un taux de recours beaucoup plus élevé (2/1000 chez les moins de un an), ainsi que les personnes âgées (1,5/1000 chez les plus de 85 ans). L’étude renseigne d’ailleurs sur les particularités des motifs de recours en fonction de l’âge. Jusqu’à 5 ans : pathologies ORL, respiratoires, gastro-entérologiques, troubles alimentaires ou fièvres sont fréquents. Entre 10 et 14 ans : la traumatologie -qui représente sept passages sur dix- prédomine, liée aux accidents domestiques ou de sport. A partir de 65 ans : quatre fois sur dix, la traumatologie (25%, souvent liées aux chutes) ou des problèmes cardio-vasculaires (18%) sont en cause.

Dernier enseignement de ces 24 heures de la vie aux urgences : les horaires d’accès ne sont guère différents finalement de ceux de la médecine ambulatoire. On va aux urgences dans la journée et en début de soirée, jusqu’à 20 heures. Un quart des passages seulement ayant lieu entre 20h et 8h et 10% seulement en nuit profonde (0h-8h).

 
Source : Legeneraliste.fr
Commentez 2 Commentaires
 
GEORGES L Médecin ou Interne 30.07.2014 à 19h25

50% des patients sont réglés en moins de deux heures d'attente.
Combien de temps de soin pour ces personnes ?
Auraient elles pu être vues par un médecin libéral?
Pourquoi ne posez vous pas les Lire la suite

Répondre
 
JEAN P La rédaction du Généraliste 31.07.2014 à 09h50

Le sujet pourrait effectivement donner un jour matière à édito... Mais pour l'heure, nous avons estimé que la meilleure façon d'informer nos lecteurs-internautes était de leur présenter l'essentiel Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

ECN : 94% des postes en médecine générale pourvus, l’Ile-de-France boudée

Désormais organisé en plusieurs étapes et de façon virtuelle, l’amphi de garnison des ECNi est arrivé à son terme aujourd’hui. Tous les futurs internes ont donc choisi leur discipline et leur lieu...2

Pilules C3G et C4G : la justice classe l'affaire

.

Le parquet de Paris a classé l'enquête ouverte fin 2012 sur les pilules C3G et C4G accusées de favoriser des thromboses veineuses. Au terme... Commenter

Alzheimer : deux tiers des Français ne sauraient pas qui consulter

.

Alzheimer arrive en deuxième position des maladies qui font le plus peur aux Français (20% des réponses), derrière le cancer (38%) et à... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir