Un test génétique pour prédire l'agressivité d'un cancer de prostate
Brève

Un test génétique pour prédire l'agressivité d'un cancer de prostate

12.09.2013

Le niveau d’activités de trois gênes (FGFR1, PMP22, et CDKN1A) liés au vieillissement pourrait permettre de prédire le caractère agressif ou non d’un cancer de la prostate. C’est en tout cas ce que suggèrent les travaux d’une équipe américaine publiés dans la revue Science Transnational Medicine. Ces chercheurs ont évalué l’intérêt d’un test génétique, basé sur l’expression de ces 3 gênes, sur des prélèvements provenant de biopsies effectuées précédemment sur des tumeurs de prostate de 43 patients suivis pendant au moins dix ans.

Alors que tous avaient été initialement étiquetés comme porteur d'un cancer de la prostate à bas risque, 14 ont en fait développé des tumeurs extensives. Or tous ces cas ont été identifiés par ce test génétique.

Même s’il ne s’agit que de résultats préliminaires qui demandent à être confirmés à plus large échelle, "ces marqueurs génétiques pourraient permettre de lever l'incertitude actuelle quant à la nature du cancer de la prostate et assurer aux patients le traitement adéquat", espèrent le Dr Cory Abate-Shen, principal auteur de ces travaux. Pour le cancer de la prostate, tout l’enjeu consiste en effet à pouvoir distinguer les formes peu évolutives des formes agressives afin d’adapter les choix thérapeutiques et éviter le surtraitement. Or pour le moment cette distinction reste impossible.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Martin Winckler

Dans « l'École des soignantes », Martin Winckler imagine un système de soins utopique

Dans « l’École des soignantes »*, le généraliste écrivain Martin Winckler décrit un hôpital utopique en 2039 mis en place par une communauté urbaine en France. Les femmes y sont majoritaires et les...3

L’ARS Ile-de-France lance le recrutement d’au moins 62 généralistes salariés

.

Cela faisait partie des mesures d’urgence du plan Ma Santé 2022, annoncée par Emmanuel Macron, le recrutement au niveau national de 400... 3

Le Bas-Rhin mise sur le 116 117 pour prendre en charge les soins non programmés en journée

.

L’URPS du Bas-Rhin, soutenue par l’ARS du Grand Est a lancé lundi dernier le dispositif “Un médecin 116 117” pour répondre à la demande de... Commenter

Ophtalmologie L'OPHTALMOLOGIE DE L’ENFANT EN SOINS PRIMAIRES Abonné

Ophtalmologie

En raison de délais de consultation souvent longs, l'ophtalmologie pédiatrique envahit les soins primaires. Il incombe aux médecins... 2

Gynécologie L'ENDOMÉTRIOSE Abonné

Endométriose

Retards diagnostiques, mauvaise coordination dans la prise en charge : une grande marge de progrès demeure sur l’endométriose, pathologie... Commenter

A découvrir