Prévention - Dépistage du cancer colorectal : feu vert pour les tests immunologiques

PréventionDépistage du cancer colorectal : feu vert pour les tests immunologiques

01.03.2012

C’est parti pour «Mars bleu» ! La campagne pour le dépistage du cancer colorectal déclinera pendant tout le mois des actions de sensibilisation à destination du grand public, mais aussi des médecins généralistes, particulièrement ciblés cette année. Le lancement de l’opération jeudi matin a été l’occasion pour le Ministère de la santé d’officialiser la prochaine substitution de l’Hémoccult® par des tests immunologiques.

  • Dépistage du cancer colorectal : feu vert pour les tests immunologiques - 1

    Dépistage du cancer colorectal : feu vert pour les tests immunologiques

C’est officiel, dès 2013 les tests immunologiques viendront se substituer à l’Hémoccult pour le dépistage du cancer colorectal. Attendue depuis longtemps (lire encadré), la décision a été annoncée ce matin par Nora Berra lors du lancement de « Mars bleu », le mois de la mobilisation contre le cancer colorectal.

Des tests plus fiables et plus performants

Selon les données de la littérature, les tests immunologiques permettent de détecter 2 à 2,5 fois plus de cancers et 3 à 4 fois plus d'adénomes avancés que le test actuel. Par ailleurs, leur lecture automatisée « garantit « à la fois une meilleure fiabilité et une meilleure reproductibilité des procédures de révélation des tests ». Autant d’atouts « susceptibles de remobiliser les professionnels de santé », espère le gouvernement. De plus, « la réalisation plus simple de ce test –un seul prélèvement contre six actuellement - devrait permettre aux généralistes de convaincre plus facilement leurs patients ».

Augmenter la participation au dépistage

Car force est de constater, que pour le moment, le programme de dépistage organisé du cancer colorectal peine encore à faire le plein, moins d’un tiers (32 %) de la population cible ayant répondu présent en 2010-2011. Pour augmenter ce taux de participation, le gouvernement compte aussi sur l’opération « Mars Bleu » lancée ce matin, qui déclinera pendant un mois des actions sensibilisation à destination du grand public, mais aussi des médecins. Les généralistes qui « occupent un rôle central au sein du dispositif de dépistage », mais « ne sont que 34 % à déclarer vérifier systématiquement la réalisation de ce dépistage chez leur patientèle de 50-74 ans », sont particulièrement ciblés avec plusieurs actions dédiées dans la presse spécialisée et sur le site de l’Inca.

Pour aller plus loin
Bénédicte Gatin
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Désert médical

Plan santé : un « rendez-vous manqué » contre les déserts, selon les maires des petites villes

Le plan santé annoncé mardi par Emmanuel Macron a divisé les médecins. Les 54 mesures de cette refonte du système de santé rendent pour le moins sceptiques les élus des petites villes. « Cette...5

Les jeunes médecins saluent la fin du numerus clausus et des ECNi, trop théoriques

QCM

Le volet formation du Plan Ma santé 2022, présenté par Agnès Buzyn et la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal ce mardi,... 1

4 000 assistants médicaux, exercice mixte à l'hôpital, fin du numerus clausus Les principales mesures du plan santé d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron

Le plan santé dévoilé mardi par le chef de l'État comprend 54 mesures visant à réformer en profondeur le système de soins pendant le... 8

Pédagogie STRATÉGIES COGNITIVES ET ERREURS DIAGNOSTIQUES Abonné

Ampoule cassee

Comment les médecins font-ils pour poser des diagnostics et pourquoi se trompent-ils parfois ? Face à un patient, les praticiens génèrent... Commenter

Toxicologie  L’INTOXICATION AU PARACÉTAMOL Abonné

Paracetamol

Hautement hépatotoxique aux doses suprathérapeutiques, le paracétamol est à l’origine de l’une des intoxications les plus fréquentes.... Commenter

A découvrir