Covid-19 : l'Académie de Médecine pointe le risque lésionnel associé aux prélèvements nasopharyngés

Par
Publié le 09/04/2021

Crédit photo : GARO/PHANIE

Tester, alerter, protéger. Voilà plusieurs mois que la stratégie adoptée par le gouvernement induit la réalisation de très nombreux tests de détection du SARS-CoV-2 – plus de 3,5 millions en semaine 13, du 29 mars au 4 avril. Mais la « banalisation » des prélèvements nasopharyngés, préalable aux tests de RT-PCR et antigéniques inquiète l’Académie nationale de médecine.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Nouveau signal de sécurité potentiel avec le vaccin d’AstraZeneca, vigilance vis-à-vis de celui de Janssen

Par
Publié le 09/04/2021

Crédit photo : GARO/PHANIE

Alors que l’EMA a admis il y a tout juste deux jours un lien possible entre vaccin d’AstraZeneca (Vaxzevria) et thromboses atypiques, l’agence s’inquiète désormais d’un autre type d'effets indésirables potentiels.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Vaccination : chez les moins de 55 ans, la HAS préconise le recours aux vaccins à ARN pour finir les schémas débutés avec AstraZeneca

Publié le 09/04/2021

Crédit photo : GARO/PHANIE

Olivier Véran l’avait laissé entendre ce matin, la Haute autorité de santé (HAS) l’a confirmé dans la foulée : les personnes de moins de 55 ans ayant déjà reçu une dose de vaccin AstraZeneca doivent bénéficier d’un vaccin à ARN pour la seconde injection.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Euthanasie : le débat s'enlise à l'Assemblée et fait échouer l'adoption du texte

Par
Publié le 09/04/2021

Crédit photo : GARO/PHANIE

L'examen de la proposition de loi du député Olivier Falorni (groupe Libertés et territoires) ouvrant le droit à une « assistance médicalisée active à mourir » et débattue hier à l'Assemblée nationale dans le cadre d'une niche parlementaire, n'aura pas débouché sur son adoption. 

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Carla Valette, l'étudiante au million d'abonnés qui vulgarise la médecine sur TikTok

Par
Publié le 09/04/2021

Crédit photo : GARO/PHANIE

Son stéthoscope autour du cou, Carla Valette, étudiante en cinquième année de médecine, décrypte sur son compte TikTok — le réseau social de courtes vidéos, prisé par la génération Z — différents sujets médicaux : de la grossesse aux panaris, en passant par les reflux gastriques, la paresthésie ou la rhinoplastie ; le tout avec humour et précision. Avec plus d’un million d’abonnés sur TikTok, la Toulousaine est à 24 ans l’étudiante en médecine la plus populaire de France. Quel est son but et qui est-elle ? Le Généraliste a recueilli ses confidences.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Tabac, cannabis, psychotropes : la crise sanitaire a aggravé la consommation des plus vulnérables  Abonné

Par
Publié le 09/04/2021

Crédit photo : GARO/PHANIE

Depuis le début de la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19 « plus d’un consommateur sur trois a nettement augmenté sa consommation de tabac, cannabis et/ou médicaments psychotropes » informe l'association Addictions France qui s'appuie sur une enquête réalisée par BVA via internet, entre le 15 et le 24 février 2021, auprès d’un échantillon national représentatif de 2001 personnes âgées de 15 ans ou plus. 

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte

La proximité oriente le choix du généraliste mais le patient est fidélisé par la qualité de la relation  Abonné

Par
Publié le 09/04/2021

Crédit photo : GARO/PHANIE

Comment votre patientèle vous a-t-elle choisi ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte

URPS 2021 : retrouvez les noms de tous vos confrères élus

Par
Publié le 08/04/2021

Crédit photo : GARO/PHANIE

Les élections aux URPS 2021 ont permis d'élire mercredi soir 320 généralistes dans le collège MG. Retrouvez tous les noms de vos confrères élus par région dans le tableau ci-dessous. 

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

URPS 2021 : Chez les généralistes, MG France maintient sa place de leader

Par
Publié le 08/04/2021

Crédit photo : GARO/PHANIE

Après sept jours d'un scrutin marqué par une participation historiquement faible de 22, 66 % (23,74 % pour les médecins généralistes , 21,60 % pour les médecins spécialistes), contre 39,92 % en 2015, les urnes ont enfin parlé. Chez les médecins généralistes, MG France consolide largement sa première place avec 36,58 % des suffrages. 

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Covid-19 : plus de 30% des patients présenteraient des troubles psychiatriques ou neurologiques à 6 mois  Abonné

Par
Publié le 08/04/2021

Crédit photo : GARO/PHANIE

Le Covid-19 pourrait bel et bien être associé à des effets psychiatriques et neurologiques à long terme. Et ce relativement fréquemment. Telle est la conclusion d’une vaste étude anglaise publiée dans le Lancet Psychiatry. Selon ce travail, la prévalence de ce type de troubles pourrait s’avérer telle, qu’à 6 mois du diagnostic, plus d’un tiers des patients seraient concernés.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte