Le clin d'œil d'Aviscène - Encore un suicide d’interne, bougeons !

Le clin d'œil d'AviscèneEncore un suicide d’interne, bougeons !

31.01.2020
  • Le clin d'oeil d'Aviscène

    Encore un suicide d’interne, bougeons !

Une interne lilloise s’est donné la mort il y a deux semaines. On ne connaît pas les raisons de son geste. Elle n’est malheureusement pas un cas isolé. La semaine précédente, un anesthésiste avait aussi mis fin à ses jours à l’hôpital. Les suicides sont devenus monnaie courante dans le monde médical.

Comment expliquer ce mal-être des blouses, et parfois dès qu'ils entament leur formation ? Y a-t-il un dénominateur commun à ces passages à l'acte ? Très clairement, la réponse est oui. Des enquêtes ont montré combien les étudiants et internes pouvaient être en souffrance. Celle menée en 2017 par les syndicats d'étudiants (Anemf), internes (Isni et Isnar-IMG) et chefs de cliniques (Isncca) avait eu des résultats sans équivoque : 27,7% des 22 000 répondants déclaraient avoir souffert de dépression et 23 % avaient déjà présenté des idées suicidaires.

Comment expliquer ce phénomène ? À mon sens, plusieurs éléments entrent en jeu. L’entrée précoce dans des études interminables et difficiles, un concours d’entrée traumatisant pour certains, un contact rapide et très souvent non préparé avec la mort – souvenez-vous des dissections en 2e année –, l’enchaînement de situations éprouvantes sur le plan psychique dès l’externat avec un contact étroit avec la maladie, la souffrance, la violence, la précarité... et la pression inhérente aux examens et aux concours, la nécessité de ne jamais flancher, et ce tabou historique de cacher ses émotions.

Spirale infernale

Une fois dans la matrice, difficile de faire machine arrière. Les étudiants ont forcément, à un moment ou un autre, le sentiment d’être emprisonnés dans une spirale infernale. Ils doivent apprendre à encaisser les coups durs sans faillir et sans pouvoir trouver une aide quelconque. Puis, pendant l’internat, viennent les semaines de plus de 50 heures de travail, de nouvelles responsabilités, souvent un manque d’encadrement, les gardes qui s’enchaînent avec des nuits seuls aux urgences sans répit. Et parfois des chefs odieux qui font fi de la souffrance de leurs internes. Comment faire lorsque l'on va mal ? à qui se confier ? Comment ne pas se mettre à dos ceux qui détiennent les clés de la validation d’un DES ?

Certains vous diront que cette situation est un passage obligé, qu'elle fait partie du métier. Soit tu es fait pour encaisser, soit tu dois changer de voie... Je ne suis pas d’accord. Dans un pays comme la France, je suis persuadé que l’on peut préparer les médecins dans de meilleures conditions. Pour cela, il ne faut pas uniquement un cursus théorique et pratique de qualité. Il faut aussi que les médecins en formation aient un soutien psychologique sur le long terme. Il est indispensable d’apprendre aux futurs soignants à gérer les moments difficiles, à prendre du recul. D'organiser des moments de débriefing en stage et hors stage pendant lesquels le bien-être de l'interne sera évoqué. Des évaluations régulières doivent aussi avoir lieu pour voir qui nécessiterait d’être suivi de près. Je suis sûr que de cette manière, nous pourrions former des médecins compétents, psychologiquement mieux armés, sans pour autant en faire des êtres dénués d’empathie ou blasés par l'usure du métier. On a marché sur la Lune il y a 60 ans, ce n'est pas demander la lune que d’exiger cette évolution.

Aviscène, en 3e année de DES à Lille, s’est fait connaître grâce à ses vidéos sur YouTube dans lesquelles il dépeint avec humour sa vie d’étudiant.

Pour prolonger la réflexion, visionnez la vidéo ci-dessous :

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Passation Buzyn-Véran

« Quitter ce ministère est un déchirement » : Buzyn très émue passe le témoin à Véran

« C’est avec une grande émotion que je quitte le ministère des Solidarités et de la Santé pour mener la campagne des élections municipales à Paris ». La voix tremblante, submergée par l'émotion,...13

Retraite : la réforme examinée à l'Assemblée, les médecins rappellent leurs exigences Abonné

Assemblée nationale

Après des semaines de contestation dans la rue, à laquelle ont pris part certains médecins, la bataille autour de la réforme des retraites... Commenter

Les généralistes déplorent le départ précipité de Buzyn mais accueillent Véran avec bienveillance

.

Le remaniement ministériel surprise intervenu ce week-end, après l'affaire de la sextape de l'ex-candidat LREM à la mairie de Paris... 11

Virologie GRIPPE : L'OSELTAMIVIR, QUEL BÉNÉFICE ? Abonné

Tamiflu

L’oseltamivir, indiqué dans le traitement précoce de la grippe ou sa prophylaxie, est peu utilisé en médecine générale. Un essai randomisé... Commenter

Pédiatrie ÉVALUER LES TROUBLES DES APPRENTISSAGES SCOLAIRES Abonné

Enfant

Beaucoup d’enfants présentent des difficultés dans leurs apprentissages scolaires. Généralement, ce sont les enseignants qui alertent les... Commenter

A découvrir