Courrier des lecteurs - Retraité sans regret !

Courrier des lecteursRetraité sans regret !

24.05.2019

Dans un commentaire posté sur l'article « Cumul emploi-retraite : la Carmf s’oppose au relèvement du seuil d’exonération », un confrère retraité explique pourquoi il a cessé toute activité médicale.

Retraité depuis un an, je n'ai bizarrement eu aucune attirance pour une poursuite d'activité médicale, même partielle, alors que j'y pensais intensément avant la pension. Et pourtant, j'ai fait ce métier avec passion et exigence pendant 36 ans, en sus de la dizaine d'années d'études et de remplacement.

Vu les conditions d'exercice avec la Sécurité sociale et ayant une retraite et des compléments bien gérés, je n'ai trouvé, tout compte fait, aucun avantage, ni personnel, ni financier, à retravailler.

Pour l'instant, je profite de passionnantes capacités manuelles pour aider mes quatre enfants et cinq petits-enfants. Ni cotisations, ni taxes, ni impôts sur ce travail ! La société eut été plus heureuse à ce que ce soit le contraire avec un médecin expérimenté encore en exercice. Et c'est sans regret pour moi, malgré les voix réprobatrices et culpabilisantes que j’entends régulièrement. Mais je ne suis qu'un « cas particulier ».

Vous aussi, vous voulez réagir à l’actualité médicale ? Adressez-nous vos courriers accompagnés de vos nom, prénom et lieu d’exercice à redaction@legeneraliste.fr

Dr Jean-Michel Rétaux, retraité, Marcoing (Nord)
Source : Le Généraliste n°2874

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Bercy

Bercy suggère « d'adapter » la liberté d'installation des médecins en zone surdotée

La désertification médicale n'inquiète pas seulement les autorités de santé et la population. Elle préoccupe aussi le ministère de l'Économie et des Finances. Au point que la Direction générale du...11

Homéopathie : rejet de deux plaintes pour anticonfraternité, « la liberté d'expression » invoquée

Granules

À chaque audience sa décision. Alors que les chambres disciplinaires de première instance (CDPI) des conseils de l'Ordre de Champagne-Ardenn... 1

En France, la mortalité néonatale reste élevée, sans que l’on sache pourquoi, alerte le Collège des gynécos

réanimation enfant

La mortalité néonatale (entre 0 et 28 jours) est plus élevée en France que dans la plupart des pays européens. « Ce taux de 2,4/ 1000... 1

LE CNGE S’EN PREND À L’ALCOOL Abonné

Verre de vin

Après son avis de juin dernier sur le repérage nécessaire des usages d’alcool à risque, le conseil scientifique du CNGE poursuit cet... Commenter

Pédiatrie ÉVALUER ET TRAITER LA DOULEUR DE L'ENFANT Abonné

Echelle douleur

En 20 ans, la reconnaissance et la prise en charge de la douleur l’enfant ont fait des progrès considérables. L’arsenal thérapeutique... Commenter

A découvrir