Courrier des lecteurs - Gardes : une question d'organisation

Courrier des lecteursGardes : une question d'organisation

15.03.2019

Généraliste, retraité depuis deux ans et demi, je participais du temps de mon activité en Moselle-Sud à un système de gardes auquel adhéraient et adhérent toujours quasiment tous les généralistes locaux (à une ou deux exceptions justifiées près), sans SOS Médecins et consorts…

Un système fonctionnant parfaitement, avec des tours de garde décidés lors de réunions trimestrielles sereines et amicales.

Il y a aussi des échanges de gardes souples entre nous en cas d’impossibilité soudaine de l’un ou de l’autre. Je ne me souviens pas avoir jamais refusé une visite de nuit, même si « l’urgence n’en paraissait pas une » au bout du fil, même si le médecin de garde était seul la nuit pour un secteur d’environ 30 000 âmes et 20 kilomètres sur 20…

Et même si l’on savait parfaitement que certaines populations appelaient à 19 heures tapantes parce qu’elles ne voulaient simplement pas perdre leur temps en salle d’attente dans la journée, notre système permettait (et permet encore) de traiter à tout moment et au plus près, et d’éviter autant que possible l’engorgement des urgences du C.H. local, du moins de notre fait…

Cette fraternelle et confraternelle solidarité vécue fait que je m'étonne toujours des problèmes qui semblent exister dans les grandes villes, où le nombre bien supérieur de médecins devrait théoriquement permettre une efficacité identique…

Monsieur Pelloux et certains médias seraient en effet bien inspirés de quitter un peu leur plateau parisien, bavard et protégé, et de venir traîner leurs guêtres « dans la boue de la France profonde », au lieu de critiquer leurs confrères et de permettre ainsi aux politiques de décrédibiliser le généraliste de base (malgré leurs grands discours sur « le généraliste pivot du système de santé » travaillant « pour la gloire et pour des prunes » !). Ce qui aboutit à la désertification médicale, au sujet de laquelle les politiques jouent les vierges effarouchées alors qu’ils en sont les artisans par leur aveuglement et le découragement qu’ils induisent chez les jeunes à se lancer dans cette vraie médecine à visage humain.

Vous aussi, vous voulez réagir à l’actualité médicale ? Adressez-nous vos courriers accompagnés de vos nom, prénom et lieu d’exercice à redaction@legeneraliste.fr

Dr Jean Drion, Lorquin (Moselle)
Source : Le Généraliste n°2865

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Martin Winckler

Dans « l'École des soignantes », Martin Winckler imagine un système de soins utopique

Dans « l’École des soignantes »*, le généraliste écrivain Martin Winckler décrit un hôpital utopique en 2039 mis en place par une communauté urbaine en France. Les femmes y sont majoritaires et les...3

L’ARS Ile-de-France lance le recrutement d’au moins 62 généralistes salariés

.

Cela faisait partie des mesures d’urgence du plan Ma Santé 2022, annoncée par Emmanuel Macron, le recrutement au niveau national de 400... 3

Le Bas-Rhin mise sur le 116 117 pour prendre en charge les soins non programmés en journée

.

L’URPS du Bas-Rhin, soutenue par l’ARS du Grand Est a lancé lundi dernier le dispositif “Un médecin 116 117” pour répondre à la demande de... Commenter

Ophtalmologie L'OPHTALMOLOGIE DE L’ENFANT EN SOINS PRIMAIRES Abonné

Ophtalmologie

En raison de délais de consultation souvent longs, l'ophtalmologie pédiatrique envahit les soins primaires. Il incombe aux médecins... 2

Gynécologie L'ENDOMÉTRIOSE Abonné

Endométriose

Retards diagnostiques, mauvaise coordination dans la prise en charge : une grande marge de progrès demeure sur l’endométriose, pathologie... Commenter

A découvrir