Courrier des lecteurs - De l'utilité de la déclaration “médecin traitant” en 2019

Courrier des lecteursDe l'utilité de la déclaration “médecin traitant” en 2019

08.03.2019

En 2004, la loi met fin au système facultatif du médecin référent et instaure la déclaration de médecin traitant obligatoire à l'entrée dans un parcours de soins pour un remboursement sans minoration : la coordination des soignants est enfin en marche et, cerise sur le gâteau, le nomadisme médical est éradiqué.

En 2019, le nomadisme médical n'est plus d'actualité, il a été gommé naturellement par le déficit de la démographique médicale. Déficit qui a permis au médecin traitant de prendre de la hauteur : ce socle du système de soins est maintenant au sommet du mât de cocagne. Des patients, et souvent des plus lourds, restent au pied dudit mât. Ce parcours de soins avec en corollaire sa déclaration obligatoire n'a plus raison d'être. L'urgence est d'être soigné, que le médecin soit déclaré ou pas.

Mais quid du DMP et de la ROSP également articulés autour du « médecin traitant déclaré » ?

En 2004 est lancé le projet DMP dont la mise en œuvre nécessite l’implication du “médecin traitant déclaré”. Le projet végète mais bondit en 2018. Car en 2018, le DMP peut être ouvert par les patients eux-mêmes, par tout professionnel de santé, pharmaciens compris, par les employés de la sécurité sociale. Exit le “médecin traitant déclaré”, le DMP peut se déployer sans lui.

En 2011 apparaît dans la nouvelle convention médicale la ROSP. Une rémunération dédiée principalement au “médecin traitant déclaré”. Mais la ROSP n'est pas en phase avec le code de déontologie médicale, certains de ses items sont remis régulièrement en question par les médecins et son fonctionnement est décrié par les signataires de la convention eux-mêmes.

Trois usines à gaz (parcours de soins, DMP, ROSP) dont l'ouvrier historique, le « médecin traitant déclaré », pourrait maintenant être oublié.

Vous aussi, vous voulez réagir à l’actualité médicale ? Adressez-nous vos courriers accompagnés de vos nom, prénom et lieu d’exercice à redaction@legeneraliste.fr

Dr Robert Detant, Coudekerque-Branche (Nord)
Source : Le Généraliste n°2864

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
SOS Médecins

« Les soins non programmés, on connaît bien » : SOS Médecins ne veut pas être écarté

Qui a dit que SOS médecins ne faisait que des visites ? Si ses praticiens en effectuent 2,5 millions chaque année, ceux-ci assurent également près de 900 000 consultations, a souligné jeudi matin...1

Bloqués pour obtenir leur licence de remplacement, des internes demandent le respect de la loi

Remplaçante

Depuis quelque temps, certains internes ont de plus en plus de mal à obtenir les papiers nécessaires pour pouvoir faire des remplacements.... 1

CPTS, PTA, ESP… Les sénateurs pointent du doigt le manque de lisibilité des organisations de soins de ville

CPTS

Avant l’examen du projet de loi de santé au Sénat prévu début juin, plusieurs sénateurs de la commission des affaires sociales ont rendu... 2

Régime d'exclusion L'ÉDUCATION NUTRITIONNELLE DU VÉGÉTARIEN Abonné

Fruits et légumes

L’alimentation végétarienne fait de plus en plus d’émules en France. Des travaux de thèse ont montré que les généralistes manqueraient... Commenter

ORL UNE TUMÉFACTION PRÉ-AURICULAIRE INDOLORE Abonné

ORL - UNE TUMÉFACTION PRÉ-AURICULAIRE INDOLORE-0

Une tuméfaction pré-auriculaire signe généralement une atteinte parotidienne. L'adénome pléomorphe est la lésion la plus fréquente et... Commenter

A découvrir