Courrier des lecteurs - Délices du tiers payant

Courrier des lecteursDélices du tiers payant

07.12.2018

Lorsque j’exerçais, je pratiquais parfois le tiers payant sur la part d'Assurance maladie obligatoire (AMO) en cas de difficultés financières du patient. Et ce malgré certaines difficultés, que je pensais naïvement, être d’un autre siècle. Sur cette partie AMO, pas de problèmes. C’est du côté des mutuelles complémentaires qu'il en existe.

Combien de patients, faisant confiance au système, vérifient-ils systématiquement leurs remboursements ? Surtout quand il faut aller sur le web avec un login et un mot de passe pour aller vérifier, au lieu de recevoir un courrier papier.

J’ai donc eu des séances de kinésithérapie en tiers payant AMO. Je fais partie des gens qui vérifient la globalité mais pas le détail, très souvent incompréhensible sauf pour un expert. Au bout de deux mois sans remboursement de mutuelle, je me suis souvenu des mésaventures de mes patients. J’ai téléphoné à la mutuelle. C’est aussi difficile qu’avec n’importe quelle administration : il faut mettre le haut-parleur, poser l’appareil, et faire autre chose avec une musique de disque rayé en attendant qu’on vous réponde. Effectivement, la Sécu transmet à la mutuelle mais celle-ci ne rembourse pas tant qu’elle n’a pas la preuve que le professionnel de santé a été honoré, sous forme d’envoi par le patient d’une facture acquittée à la mutuelle, ou comme dans le cas présent, par téléphone, en jurant avoir payé, et en donnant la somme exacte (heureusement, j’avais le carnet de chèque sous la main).

J’appelle cela du vol par procuration de la part des mutuelles. Si je désire voler le kiné, c’est un problème entre lui et moi, pas entre la mutuelle et moi, qui elle me vole si je ne surveille pas mes remboursements.

Mesdames et messieurs les médecins, si vous pratiquez comme un certain nombre le tiers payant sur la seule part AMO, prévenez vos patients. Car le kiné auquel j’ai eu affaire ne savait pas… Preuve que peu de gens vérifient. Au siècle dernier, je le faisais, mais je croyais qu’avec l’obligation du tiers payant, ces méthodes malhonnêtes avaient disparu.

Vous aussi, vous voulez réagir à l’actualité médicale ? Adressez-nous vos courriers accompagnés de vos nom, prénom et lieu d’exercice à redaction@legeneraliste.fr

Dr Yves Adenis-Lamarre, Angoulême (Charente)
Source : Le Généraliste n°2854

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Assistants : 100 généralistes disent non à « l'abattage » et proposent des pistes pour libérer du temps médical

La dernière séance de négociation conventionnelle sur les assistants médicaux a été la goutte de trop dans un vase déjà bien rempli. Une centaine de médecins généralistes a signé hier soir une...6

L’ANSM alerte sur les risques de deux anabolisants et brûleurs de graisse vendus sur Internet

corps

L’ANSM a identifié la présence de substances non autorisées et dangereuses pour la santé, le clenbutérol et le stanozolol, dans les... 1

400 généralistes salariés bientôt recrutés dans les déserts : pourquoi ReAGJIR y croit

Image d'illustration

Le recrutement des 400 postes de médecins généralistes dans les hôpitaux de proximité annoncé en septembre par le président de la... 1

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir