Courrier des lecteurs - Difficile d'éteindre l'incendie que l'on a provoqué

Courrier des lecteursDifficile d'éteindre l'incendie que l'on a provoqué

08.06.2018

À la suite de la polémique secondaire à ses propos concernant une meilleure organisation des urgences, l’urgentiste Thomas Mesnier veut édulcorer ses propos.

Il tente dans les colonnes du Généraliste de rassurer comme dans le monde d’Aldous Huxley.

Cependant, on ne peut que rester dubitatif quant à la connaissance de notre confrère de l’activité journalière du généraliste.

Permettre de dégager du temps administratif pour se concentrer sur les soins, c’est tout à fait louable, mais dans la pratique, nous constatons que ce poids ne cesse de croître (augmentation des demandes d’allocation MDPH suite à des conseils de la Sécu ou de Pôle emploi, dossiers de maison de retraite de MAIA de plus en plus fournis).

La réelle problématique, c’est que le compte n’y est pas ! Lorsqu’on constate que nombreux sont les patients qui ne trouvent plus de médecins traitants, et que certains ont même constitué des associations, c’est un véritable problème !

On en est même arrivé dans notre département à accepter que la maison médicale de garde devienne médecin traitant de certains patients…

Aussi, parlementer sur les rôles des généralistes dans la permanence des soins, de leur implication dans les consultations non programmées, ce n’est pas le problème…

J’ai vécu, à l’époque de mes 30 ans, une période difficile ou les généralistes allaient à la rencontre des patients, les recrutaient lors des gardes, et les acceptaient sans sourciller, qu’ils aient ou non rendez-vous. Cependant, à cette époque, il y avait pléthore de généralistes pour prendre en charge les patients. M. Mesnier devrait venir discuter des problèmes avec les principaux intéressés (les généralistes) pour mieux argumenter ses propos !

Vous aussi, vous voulez réagir à l’actualité médicale ? Adressez-nous vos courriers accompagnés de vos nom, prénom et lieu d’exercice à redaction@legeneraliste.fr

Dr Pierre Frances, Banyuls-sur-mer (Pyrénées-Orientales)
Source : Le Généraliste n°2838

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Publicité

L'Autorité de la concurrence veut revenir sur l'interdiction de publicité pour les médecins

Les médecins seront-ils un jour autorisés à faire de la pub ? Après le conseil d’État, l’Autorité de la concurrence ouvre, à son tour, la porte à cette possibilité, invoquant la jurisprudence...5

Plaidoyer pour le dosage des transaminases en routine

Dosage transaminases

« Alors que les généralistes n’hésitent pas à prescrire des glycémies, des créatininémies et des cholestérolémies dans le cadre de bilans de... 2

ECNi blanches, des premiers bugs avant le test national

Loading

Alors que les ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur, souhaitaient cette année faire l’impasse sur les épreuves classantes... Commenter

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... Commenter

A découvrir