Édito - Cuisine et dépendance

ÉditoCuisine et dépendance

05.04.2019
  • Edito

    Cuisine et dépendance

Le décès en début de semaine de cinq résidents d’un Ehpad près de Toulouse d’une très probable intoxication alimentaire n’est pas un événement anodin. Agnès Buzyn l’a bien compris, qui s’est rendue sur place mardi pour apporter son soutien aux familles des victimes. La ministre de la Santé a martelé sa volonté de comprendre les circonstances de cette tragique hécatombe. Une enquête a été ouverte pour “homicides et blessures involontaires par le parquet de Toulouse.

Ces dernières années, les médias ont relayé la dégradation des conditions de vie des résidents des maisons de retraite qui déboursent pourtant de 2 000 à 5 000 euros par mois. Repas insipides, toilettes laissant à désirer, personnes laissées à l’abandon... Ces reportages ont aussi décrit les terribles conditions de travail du personnel de ces Ehpad, en sous-effectifs et forcé à des cadences infernales.

S’il ne faut évidemment pas devancer les résultats des investigations, il est impossible de ne pas rapprocher le drame toulousain de l’annonce quelques jours plus tôt de la présentation à l’automne d’une grande loi sur la dépendance. Promise sous les quinquennats Sarkozy et Hollande mais sans cesse repoussée, cette grande réforme est plus qu’attendue. Cette loi devrait s’inspirer des 175 recommandations du rapport remis il y a quelques jours à Agnès Buzyn par Dominique Libault. Avec l’arrivée sur le marché des papy-boomers, il sera nécessaire d’embaucher 80 000 professionnels dans les maisons de retraite d’ici à 2030, affirme le haut-fonctionnaire.

La ministre de la Santé a reconnu que les métiers du grand âge devraient « monter en compétence », avec des « revalorisations salariales » et des « perspectives de carrière diversifiées ». L’enjeu sera aussi de réussir à maintenir autant que possible et dans les meilleures conditions les seniors à domicile en améliorant les services rendus aux personnes âgées. Cette grande loi aura indéniablement un coût, mais le gouvernement sait qu’il ne pourra pas faire l’économie de cette réforme.

Christophe Gattuso, directeur de la rédaction
Source : Le Généraliste n°2868

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Dr Yannick Schmitt

Limiter à trois ans la durée du remplacement, une « fausse bonne idée », selon le Dr Yannick Schmitt (Reagjir)

À dix jours de l'examen du projet de loi Santé en séance publique au Sénat, la commission des affaires sociales de la chambre haute a adopté un amendement visant à limiter à trois ans la durée...Commenter

Pénurie de corticoïdes : affaire presque réglée selon l’ANSM… mais pas selon les médecins

Corticoïdes

« Au vu des dernières informations transmises par les fabricants pour l’année 2019, le risque de pénurie est écarté ».  Alors que la grogne... 1

[VIDÉO/DÉBAT] Prescription pharmaceutique : au-delà de la polémique, une volonté de travailler ensemble

debat

Le Généraliste et Le Quotidien du Pharmacien ont invité Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France... 1

Dermatologie L’ACANTHOSIS NIGRICANS Abonné

ACANTHOSIS NIGRICANS

L’acanthosis nigricans est une dermatose fréquemment en rapport avec une endocrinopathie (diabète avec insulino-résistance le plus... Commenter

Cardiologie LE TAVI : INDICATIONS ET PRISE EN CHARGE Abonné

Scanner 3D montrant la valve aortique entourée d'athérosclérose

Le TAVI, remplacement valvulaire aortique par cathétérisme, est une alternative à la chirurgie classique. Avec 15 ans de retard et un taux... Commenter

A découvrir