Édito - Nouvelle donne

ÉditoNouvelle donne

14.12.2018
  • Édito

En 2018, on en a appris davantage sur les réformes du système de santé prévues par Emmanuel Macron. Le chef de l’état a lui-même dévoilé sa feuille de route mi-septembre. Il mise comme ses prédécesseurs sur les incitations contre la pénurie démographique de généralistes. Dans son plan santé, il entend privilégier les délégations (4 000 assistants, infirmières de pratique avancée). La télémédecine, désormais remboursée, sera aussi déployée. Pour assurer une meilleure coordination des soins, le ministère de la Santé et l’Assurance maladie ont relancé le DMP.

Surtout, les professionnels de santé sont de plus en plus fortement invités à travailler collectivement en maisons et centres de santé. Les pouvoirs publics souhaitent que l’organisation dans les bassins de vie devienne la norme. Mille communautés professionnelles territoriales de santé – CPTS, habituez-vous à cet acronyme – sont attendues d’ici à 2022. Les hôpitaux de proximité seraient renforcés.

Dans un souci de pertinence économique et médicale, les pouvoirs publics souhaitent aussi développer la prise en charge par pathologie. La HAS planche sur des parcours de soins plus protocolisés (dont la liste reste à finaliser) et des forfaits à l’épisode de soins doivent voir le jour pour rémunérer les équipes hospitalières.

D’aucuns redoutent que cette refonte mette à mal le dispositif du médecin traitant. Les syndicats veulent s’assurer que le médecin de famille ne sera pas squeezé dans le suivi de certaines pathologies au long cours. Ce sujet sera l’un des enjeux de 2019.

L’année écoulée a également été rythmée par de nombreuses alertes sanitaires, des ruptures de stock de médicaments, le retour de cas de rougeole, les recommandations controversées du Lyme, etc. Sollicitée de toutes parts, l’ANSM a revu sa manière de fonctionner et communique davantage, comme l’explique son directeur général dans nos colonnes.

À tous les niveaux, 2018 aura été l’année d’une nouvelle donne.

Christophe Gattuso, directeur de la rédaction
Source : Le Généraliste n°2855

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Exercice mixte

400 généralistes tentés par l'exercice mixte pourraient rejoindre les hôpitaux de proximité dès 2019

Pour retrouver une offre de médecine générale dans les territoires qui en sont dépourvus, le gouvernement mise sur le recrutement de 400 omnipraticiens dans les hôpitaux de proximité. Les premiers...Commenter

[VIDEO] Un maire généraliste veut forcer les remplaçants à s'installer, ils lui répondent

 - [VIDEO] Un maire généraliste veut forcer les remplaçants à s'installer, ils lui répondent-0

La santé n’est pas le sujet numéro 1 du Grand débat national, il est même absent des thèmes prioritaires pointés par Emmanuel Macron. Mais... 12

L'Autorité de la concurrence veut revenir sur l'interdiction de publicité pour les médecins

Publicité

Les médecins seront-ils un jour autorisés à faire de la pub ? Après le conseil d’État, l’Autorité de la concurrence ouvre, à son tour, la... 6

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir