Édito - 5e risque, enfin ?

Édito5e risque, enfin ?

16.11.2018
  • Edito

Emmanuel Macron sera-t-il le président du cinquième risque ? L’idée d’un financement spécifique de la dépendance a été relancée en juin dernier par le gouvernement à la suite de mouvements sociaux dans les Ehpad. Ce projet de réforme, initialement lancé sous Nicolas Sarkozy, a finalement été annulé en raison de son coût. Il a été ensuite repris par le gouvernement Ayrault avec une loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement associée à une enveloppe de 700 millions d’euros, rapidement jugée insuffisante.

Une telle mesure serait un paradoxe pour l’actuel gouvernement qui valorise le jeunisme, la productivité, l’esprit de changement et veut faire table rase du passé. Mais le problème de la dépendance est une réalité durable et le président est pragmatique.
Un épisode a particulièrement marqué le chef de l’État. François Hollande avait interdit à son ministre de l’Économie de s’absenter pour les obsèques de sa grand-mère aimée. Un point de non-retour dans le lien de confiance qu’il entretenaît avec le Président.

En attendant une loi, la dépendance reste dans le giron des médecins. Et le dossier spécial que nous consacrons à la santé de nos aînés (p. 15) rappelle à quel point la bascule dans la dépendance s’opère en un clin d’œil dès que la fragilité s’installe. Certes, cette initiative gouvernementale pour tenter d’apporter des solutions à la perte d’autonomie ne réglera pas tout. Si la science a pu allonger l’espérance de vie, elle reste impuissante contre la vieillesse qui reste une affaire de société. La nôtre, devenue complexe, désacralise l’image du « vieux sage » qui ne fait plus sens.

« La vieillesse est un naufrage », énonçait le Général de Gaulle. Cet adage excluant rime plus que jamais avec la représentation dominante du grand âge. Nos aînés restent cantonnés dans les réunions de famille, gênent dans le bus, les files d’attente, les clubs de vacances. La rencontre intergénérationnelle ne se fait plus. Cette image repoussoir en appelle à notre humanité.

Elle nous intime à agir pour protéger ces plus faibles. Que nous serons tous un jour.

Dr Linda Sitruk, rédactrice en chef
Source : Le Généraliste n°2851

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Négos

Reprise des négos sur les assistants : après la colère des médecins, la Cnam prête à revoir sa copie

Les syndicats avaient rendez-vous ce mercredi au siège de l’Assurance maladie pour une troisième séance de négociation sur les assistants médicaux. Après avoir quitté la précédente séance pour...5

Le Pr Henri Joyeux en représentation au théâtre Déjazet pour parler prévention

Pr Henri Joyeux

Après un premier cycle de conférence en 2016, le Pr Henri Joyeux remet le couvert au printemps 2019. Du 16 mars au 17 juin, le cancérologue... 1

L'AP-HM va tester le cannabis thérapeutique pour Parkinson, une première en France

.

Pour la première fois en France, le cannabis thérapeutique va être testé pour les malades de Parkinson. Une étude sera menée conjointement... Commenter

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir