Edito - Apprendre à déléguer

EditoApprendre à déléguer

05.10.2018
  • Edito

    Apprendre à déléguer

Le gouvernement va supprimer le numerus clausus et réformer les études de santé. Mais cette mesure n’aura d’effet sur les effectifs que d’ici dix à quinze ans. D’ici-là, l’urgence est à une meilleure répartition des tâches entre les professionnels de santé, a réaffirmé Emmanuel Macron en présentant le plan santé. Après les infirmiers de pratique avancée (IPA) – les premières promotions en formation ont fait leur rentrée cette année – le gouvernement table sur la création d’assistants médicaux. 4 000 sont d’ores et déjà annoncés d’ici à la fin du quinquennat. Certains généralistes à l’avant-garde se sont déjà engagés dans cette voie, comme le montre notre reportage à Bréhan.

Les syndicats de médecins libéraux réclamaient des moyens pour financer ce nouveau métier qui doit permettre aux praticiens de dégager du temps médical. Les pouvoirs publics font le pari que les assistants et les IPA, ainsi qu’un exercice collectif organisé sur le territoire, permettront de faire reculer les déserts médicaux.

L’affaire est loin d’être gagnée. Sur le terrain, des médecins, déjà en recherche d’information lorsque le patient se déshabille, conçoivent mal de passer la main. Difficile de chambouler les habitudes et d’inclure de nouveaux acteurs dans le colloque singulier avec le patient. Déléguer ne s’improvise pas, cela s’apprend. La Cour des Comptes ne dit pas autre chose en encourageant les médecins à passer la vitesse supérieure dans la délégation aux paramédicaux et dans la coordination ville/hôpital (lire p. 12). Déjà la DGS et la Cnam shuntent le médecin traitant de la primo-prescription dans la vaccination anti-grippale.

L’enjeu est de taille pour un système de santé qui veut passer du curatif au préventif. Le temps médical gagné doit servir à soigner plus de patients mais aussi à renforcer les actions de dépistage et d’éducation thérapeutique. Cette réorganisation pourrait aussi – et on en parle moins – répondre au mal-être que connaissent les professions de santé depuis plusieurs années. Et si cette évolution permettait d’améliorer les conditions d’exercice des médecins ?

Christophe Gattuso, directeur de la rédaction
Source : Le Généraliste n°2846

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Congrès de l'Isnar-IMG à Tours Aides à l'installation : les cafouillages du contrat CESP entre manque d’accompagnement et défaut d’information

Le contrat d’engagement de service public (CESP) a été créé il y a neuf ans. l’Intersyndicale des internes en médecine générale (Isnar-IMG) et l’Anemf ont donc jugé le moment opportun pour en faire...Commenter

Anti-acides et thérapies anticancéreuses ne font pas bon ménage

Femme traitée par chimiothérapie

L’utilisation de médicaments anti-acide impacte de manière négative la survie de patients atteints de cancer et traités par pazopanib... Commenter

La moitié des internes en médecine générale dépasse le temps de travail réglementaire

.

À l’occasion du 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de médecine générale (Isnar-IMG) à Tours, l’organisation a présenté les résulta... 5

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir