Edito - Patate chaude

EditoPatate chaude

22.06.2018
  • Edito

La controverse sur l’efficacité de l’homéopathie sera-t-elle bientôt un souvenir ? Agnès Buzyn a récemment annoncé l’évaluation scientifique de ces médicaments. « Le débat doit avoir lieu sur l’utilité des médicaments remboursés, nous l’ouvrirons dès cet été », a-t-elle déclaré en mai sur France Inter. La ministre de la Santé a d’abord évité d’ouvrir la boîte de Pandore. Interrogée en avril sur la suite à donner à la tribune des 124 professionnels de santé contre les “Fake Médecines”, la ministre avait défendu un probable effet placebo. Et affirmé que l’homéopathie continuerait à être remboursée si elle restait « bénéfique sans être nocive ».

La donne a changé et les pouvoirs publics semblent prêts à trancher. Il est grand temps. La situation s’est en effet embrasée, donnant lieu à des échanges musclés entre médecins sur les réseaux sociaux. Depuis quelques semaines, la polémique a même pris un tour judiciaire. Dénonçant une attaque diffamatoire, plusieurs syndicats d’homéopathes ont décidé de poursuivre devant l’Ordre des auteurs de la tribune pour anti-confraternité (voir notre dossier). Ce n’est pas juste le remboursement qui est en jeu aujourd’hui – la prise en charge par l’Assurance maladie s’élève au mieux à 30 %, pour un montant annuel de 130 millions d’euros. C’est avant tout leur honneur de médecins qu’entendent préserver les 5 000 homéopathes piqués au vif.

Preuve que le sujet est sensible, l’Ordre a dans un premier temps refusé de se prononcer et a réclamé une évaluation à l’Académie de médecine. Cette dernière a de nouveau indiqué, il y a quelques jours, qu’aucune preuve scientifique n’appuyait l’efficacité de l’homéopathie tout en soulignant que son effet placebo ne devait pas être négligé. La patate chaude a été refilée à la Haute autorité de santé à qui il reviendra de se prononcer.

Historiquement prise en charge sans aucune évaluation scientifique, l’homéopathie pourrait entrer dans le droit commun. « Si elle est utile, elle continuera à être remboursée, si elle est inutile, elle cessera de l’être », a déjà prévenu la ministre de la Santé. Qui a confié ne pas avoir d’homéopathie dans son armoire à pharmacie.

Christophe Gattuso, directeur de la rédaction
Source : Le Généraliste n°2840

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Désert médical

Plan santé : un « rendez-vous manqué » contre les déserts, selon les maires des petites villes

Le plan santé annoncé mardi par Emmanuel Macron a divisé les médecins. Les 54 mesures de cette refonte du système de santé rendent pour le moins sceptiques les élus des petites villes. « Cette...8

Les jeunes médecins saluent la fin du numerus clausus et des ECNi, trop théoriques

QCM

Le volet formation du Plan Ma santé 2022, présenté par Agnès Buzyn et la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal ce mardi,... 2

4 000 assistants médicaux, exercice mixte à l'hôpital, fin du numerus clausus Les principales mesures du plan santé d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron

Le plan santé dévoilé mardi par le chef de l'État comprend 54 mesures visant à réformer en profondeur le système de soins pendant le... 8

Pédagogie STRATÉGIES COGNITIVES ET ERREURS DIAGNOSTIQUES Abonné

Ampoule cassee

Comment les médecins font-ils pour poser des diagnostics et pourquoi se trompent-ils parfois ? Face à un patient, les praticiens génèrent... Commenter

Toxicologie  L’INTOXICATION AU PARACÉTAMOL Abonné

Paracetamol

Hautement hépatotoxique aux doses suprathérapeutiques, le paracétamol est à l’origine de l’une des intoxications les plus fréquentes.... Commenter

A découvrir