Edito - Patate chaude

EditoPatate chaude

22.06.2018
  • Edito

La controverse sur l’efficacité de l’homéopathie sera-t-elle bientôt un souvenir ? Agnès Buzyn a récemment annoncé l’évaluation scientifique de ces médicaments. « Le débat doit avoir lieu sur l’utilité des médicaments remboursés, nous l’ouvrirons dès cet été », a-t-elle déclaré en mai sur France Inter. La ministre de la Santé a d’abord évité d’ouvrir la boîte de Pandore. Interrogée en avril sur la suite à donner à la tribune des 124 professionnels de santé contre les “Fake Médecines”, la ministre avait défendu un probable effet placebo. Et affirmé que l’homéopathie continuerait à être remboursée si elle restait « bénéfique sans être nocive ».

La donne a changé et les pouvoirs publics semblent prêts à trancher. Il est grand temps. La situation s’est en effet embrasée, donnant lieu à des échanges musclés entre médecins sur les réseaux sociaux. Depuis quelques semaines, la polémique a même pris un tour judiciaire. Dénonçant une attaque diffamatoire, plusieurs syndicats d’homéopathes ont décidé de poursuivre devant l’Ordre des auteurs de la tribune pour anti-confraternité (voir notre dossier). Ce n’est pas juste le remboursement qui est en jeu aujourd’hui – la prise en charge par l’Assurance maladie s’élève au mieux à 30 %, pour un montant annuel de 130 millions d’euros. C’est avant tout leur honneur de médecins qu’entendent préserver les 5 000 homéopathes piqués au vif.

Preuve que le sujet est sensible, l’Ordre a dans un premier temps refusé de se prononcer et a réclamé une évaluation à l’Académie de médecine. Cette dernière a de nouveau indiqué, il y a quelques jours, qu’aucune preuve scientifique n’appuyait l’efficacité de l’homéopathie tout en soulignant que son effet placebo ne devait pas être négligé. La patate chaude a été refilée à la Haute autorité de santé à qui il reviendra de se prononcer.

Historiquement prise en charge sans aucune évaluation scientifique, l’homéopathie pourrait entrer dans le droit commun. « Si elle est utile, elle continuera à être remboursée, si elle est inutile, elle cessera de l’être », a déjà prévenu la ministre de la Santé. Qui a confié ne pas avoir d’homéopathie dans son armoire à pharmacie.

Christophe Gattuso, directeur de la rédaction
Source : Le Généraliste n°2840

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Philippe Vigier

35 euros la consultation dans les déserts, suppression des ARS ... les nouvelles propositions chocs du député Philippe Vigier

En mars dernier ,le député UDI Philippe Vigier, spécialiste des propositions de loi de coercition pour l’installation des médecins avait demandé la mise en place d’une commission d’enquête sur l...15

Accès aux soins, le rapport Vigier ne convainc qu’à moitié les syndicats 

Ortiz/Marty

Le député Philippe Vigier a présenté hier les grandes propositions du rapport de la commission d’enquête sur l’accès aux soins. Certaines... Commenter

« Le remplacement est une épreuve salutaire », estime le Dr Konzelmann, primée pour sa thèse

Konzelmann

Après l’internat, le jeune médecin exerce souvent comme remplaçant. Le Dr Claire Konzelmann, 30 ans, aujourd’hui généraliste à la... Commenter

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir