Edito - Patate chaude

EditoPatate chaude

22.06.2018
  • Edito

La controverse sur l’efficacité de l’homéopathie sera-t-elle bientôt un souvenir ? Agnès Buzyn a récemment annoncé l’évaluation scientifique de ces médicaments. « Le débat doit avoir lieu sur l’utilité des médicaments remboursés, nous l’ouvrirons dès cet été », a-t-elle déclaré en mai sur France Inter. La ministre de la Santé a d’abord évité d’ouvrir la boîte de Pandore. Interrogée en avril sur la suite à donner à la tribune des 124 professionnels de santé contre les “Fake Médecines”, la ministre avait défendu un probable effet placebo. Et affirmé que l’homéopathie continuerait à être remboursée si elle restait « bénéfique sans être nocive ».

La donne a changé et les pouvoirs publics semblent prêts à trancher. Il est grand temps. La situation s’est en effet embrasée, donnant lieu à des échanges musclés entre médecins sur les réseaux sociaux. Depuis quelques semaines, la polémique a même pris un tour judiciaire. Dénonçant une attaque diffamatoire, plusieurs syndicats d’homéopathes ont décidé de poursuivre devant l’Ordre des auteurs de la tribune pour anti-confraternité (voir notre dossier). Ce n’est pas juste le remboursement qui est en jeu aujourd’hui – la prise en charge par l’Assurance maladie s’élève au mieux à 30 %, pour un montant annuel de 130 millions d’euros. C’est avant tout leur honneur de médecins qu’entendent préserver les 5 000 homéopathes piqués au vif.

Preuve que le sujet est sensible, l’Ordre a dans un premier temps refusé de se prononcer et a réclamé une évaluation à l’Académie de médecine. Cette dernière a de nouveau indiqué, il y a quelques jours, qu’aucune preuve scientifique n’appuyait l’efficacité de l’homéopathie tout en soulignant que son effet placebo ne devait pas être négligé. La patate chaude a été refilée à la Haute autorité de santé à qui il reviendra de se prononcer.

Historiquement prise en charge sans aucune évaluation scientifique, l’homéopathie pourrait entrer dans le droit commun. « Si elle est utile, elle continuera à être remboursée, si elle est inutile, elle cessera de l’être », a déjà prévenu la ministre de la Santé. Qui a confié ne pas avoir d’homéopathie dans son armoire à pharmacie.

Christophe Gattuso, directeur de la rédaction
Source : Le Généraliste n°2840

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Retraite : les médecins libéraux risquent d'être les grands perdants de la réforme selon l'UFML-S

La réforme des retraites pilotée par Jean-Paul Delevoye constitue-t-elle une menace pour les médecins libéraux ? C'est la grande crainte de l'Union française pour une médecine libre - syndicat ...Commenter

« Maximum 2 verres d'alcool par jour, et pas tous les jours » : SPF fixe de nouvelles limites

Verre de vin

Ces douze derniers mois, nos autorités sanitaires et le gouvernement ont été souvent critiqués pour leur laxisme en matière de lutte contre... Commenter

Médicament : les industriels se mobilisent pour réduire les ruptures de stock

Pénurie

« Non, les industriels n’organisent pas sciemment les ruptures de stock ! ». À l’occasion de la présentation de son plan d’action contre les... Commenter

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir