Edito - Nouvel acte

EditoNouvel acte

15.06.2018
  • Edito

Ça bouge au niveau tarifaire. Après le C à 25 euros il y a un an, les consultations complexes (46 euros) et très complexes (60 euros) mises en place le 1er novembre dernier ou encore la visite longue portée à 70 euros, voici venue une nouvelle consultation de prévention à 125 euros. Mais attention, vous ne la trouverez pas dans la nomenclature. Ce nouvel acte au montant symbolique de 5G est né d’un partenariat inédit passé entre la CSMF et l’institut de prévoyance Klesia. Certes, cette consultation d’environ 45 minutes ne concernera que les plus de 45 ans parmi les 600 000 salariés de la branche transport. Certes, elle ne pourra être cotée qu’une fois tous les cinq ans par patient et il faudra au préalable que le praticien ait suivi une courte formation.

Quand bien même, en acceptant la création de cet acte hors convention, le premier syndicat de médecins libéraux envoie un message fort à la profession et à l’Assurance maladie. Si les pouvoirs publics et la Cnam ne mettent pas les moyens pour financer le dépistage, la prévention ou la coordination, les médecins iront chercher ailleurs. Tel est le sens de l’accord-cadre conclu il y a quelques jours par la CSMF avec les institutions de prévoyance (CTIP).

Ce partenariat en appellera-t-il d’autres avec des complémentaires santé ? Peut-être, mais rien n’est moins sûr. Ces dernières années, mutuelles, assureurs et institutions de prévoyance réunis au sein de l’Unocam ont toujours investi à reculons dans la convention, refusant d’être des « payeurs aveugles ». La perspective d’une contractualisation directe avec la profession, sans passer par l’Assurance maladie, pourrait changer la donne. Mais elle n’est pas sans risque.

La question de la confidentialité des données de santé est dans la balance. La tentation est grande aussi chez certains acteurs privés de mettre en place des réseaux de soins fermés, combattus depuis plusieurs années par les médecins. Certains estiment que l’on s’oriente vers un système de santé à deux vitesses. Cette évolution est-elle irréversible ?

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Assistants : 100 généralistes disent non à « l'abattage » et proposent des pistes pour libérer du temps médical

La dernière séance de négociation conventionnelle sur les assistants médicaux a été la goutte de trop dans un vase déjà bien rempli. Une centaine de médecins généralistes a signé hier soir une...7

L’ANSM alerte sur les risques de deux anabolisants et brûleurs de graisse vendus sur Internet

corps

L’ANSM a identifié la présence de substances non autorisées et dangereuses pour la santé, le clenbutérol et le stanozolol, dans les... 1

400 généralistes salariés bientôt recrutés dans les déserts : pourquoi ReAGJIR y croit

Image d'illustration

Le recrutement des 400 postes de médecins généralistes dans les hôpitaux de proximité annoncé en septembre par le président de la... 1

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir