Edito - Il va y avoir du sport

EditoIl va y avoir du sport

08.06.2018
  • Edito

Le sport s’invite dans vos cabinets ! Non, nous ne parlons pas du tournoi de Roland-Garros, qui livrera son verdict ce week-end ou de l’imminente coupe du Monde de football. Il est question de sport sur ordonnance. Depuis mars 2017, vous êtes autorisés à prescrire de l’activité physique adaptée aux patients en affection de longue durée (ALD). Réclamée de longue date, la mesure avait été saluée lors de son adoption dans la loi de santé.

Un peu plus d’un an après son entrée en vigueur, force est de constater que le dispositif est resté dans les starting-blocks, comme l’illustre notre dossier (lire p. 8). La faute à qui ? Aux médias qui n’en ont pas fait la publicité ? Au législateur qui n’a pas prévu son remboursement ? Aux 10 millions de patients concernés qui ne le réclament pas ? Ou aux médecins qui, souvent mal informés, n’osent pas franchir le pas de la prescription ?

Les lignes devraient rapidement bouger. Des recommandations de la Haute autorité de santé sont attendues à la rentrée. Elles préciseront les sports adaptés aux diverses pathologies, à quelle fréquence et avec quelle intensité. Et qui sait ? Peut-être l’Assurance maladie emboîtera-t-elle un jour le pas des quelques mutuelles couvrant les frais associés à ces pratiques sportives.

Tout juste signée, la nouvelle convention dentaire pourrait aussi avoir un impact sur la santé des Français. L’Assurance maladie s’est entendue avec deux syndicats de dentistes pour mieux rembourser les soins conservateurs en contrepartie d’un plafonnement des dépassements pour la pose des prothèses dentaires. Résultat : tout assuré ayant une complémentaire ne devra plus rien débourser lors de la pose d’une prothèse. Pour les dentiers, d’ici à 2021, les patients verront leur reste à charge passer de 570 euros à 0 euro après remboursement, a annoncé la Cnam. Cette mesure est estimée à 1,2 milliard d’euros sur cinq ans pour l’Assurance maladie et les complémentaires. Si elle n’avait pas d’impact sur leur cotisation mutuelle, la nouvelle devrait redonner le sourire à beaucoup de Français.

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Publicité

L'Autorité de la concurrence veut revenir sur l'interdiction de publicité pour les médecins

Les médecins seront-ils un jour autorisés à faire de la pub ? Après le conseil d’État, l’Autorité de la concurrence ouvre, à son tour, la porte à cette possibilité, invoquant la jurisprudence...5

Plaidoyer pour le dosage des transaminases en routine

Dosage transaminases

« Alors que les généralistes n’hésitent pas à prescrire des glycémies, des créatininémies et des cholestérolémies dans le cadre de bilans de... 2

ECNi blanches, des premiers bugs avant le test national

Loading

Alors que les ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur, souhaitaient cette année faire l’impasse sur les épreuves classantes... Commenter

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... Commenter

A découvrir