Edito - Il va y avoir du sport

EditoIl va y avoir du sport

08.06.2018
  • Edito

Le sport s’invite dans vos cabinets ! Non, nous ne parlons pas du tournoi de Roland-Garros, qui livrera son verdict ce week-end ou de l’imminente coupe du Monde de football. Il est question de sport sur ordonnance. Depuis mars 2017, vous êtes autorisés à prescrire de l’activité physique adaptée aux patients en affection de longue durée (ALD). Réclamée de longue date, la mesure avait été saluée lors de son adoption dans la loi de santé.

Un peu plus d’un an après son entrée en vigueur, force est de constater que le dispositif est resté dans les starting-blocks, comme l’illustre notre dossier (lire p. 8). La faute à qui ? Aux médias qui n’en ont pas fait la publicité ? Au législateur qui n’a pas prévu son remboursement ? Aux 10 millions de patients concernés qui ne le réclament pas ? Ou aux médecins qui, souvent mal informés, n’osent pas franchir le pas de la prescription ?

Les lignes devraient rapidement bouger. Des recommandations de la Haute autorité de santé sont attendues à la rentrée. Elles préciseront les sports adaptés aux diverses pathologies, à quelle fréquence et avec quelle intensité. Et qui sait ? Peut-être l’Assurance maladie emboîtera-t-elle un jour le pas des quelques mutuelles couvrant les frais associés à ces pratiques sportives.

Tout juste signée, la nouvelle convention dentaire pourrait aussi avoir un impact sur la santé des Français. L’Assurance maladie s’est entendue avec deux syndicats de dentistes pour mieux rembourser les soins conservateurs en contrepartie d’un plafonnement des dépassements pour la pose des prothèses dentaires. Résultat : tout assuré ayant une complémentaire ne devra plus rien débourser lors de la pose d’une prothèse. Pour les dentiers, d’ici à 2021, les patients verront leur reste à charge passer de 570 euros à 0 euro après remboursement, a annoncé la Cnam. Cette mesure est estimée à 1,2 milliard d’euros sur cinq ans pour l’Assurance maladie et les complémentaires. Si elle n’avait pas d’impact sur leur cotisation mutuelle, la nouvelle devrait redonner le sourire à beaucoup de Français.

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
baclo

Le baclofène obtient son AMM : dans quelles conditions pourrez-vous prescrire du Baclocur®?

Clap de fin. Ce matin, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a rendu son verdict et octroyé une AMM au baclofène dans l’alcoolodépendance. Pour autant, le baclofène qui prend le nom...Commenter

Le député Véran défend son forfait urgences et dénonce « le côté réac » de ses opposants

.

Avant d'entamer une semaine marathon au Palais Bourbon pour l'examen en séance publique du budget de la Sécu 2019, le député de l'Isère et... 5

La HAS recommande un dépistage systématique de l'infection à Chlamydia chez les jeunes filles

Chlamydia

Dans un communiqué publié ce jour, la Haute autorité de santé (HAS) informe avoir revu - à la demande de la Direction générale de santé, la... 1

Pédiatrie L'ENFANT ET LES ÉCRANS Abonné

Enfant ecran

Les médecins ont un rôle important de conseil auprès des parents quant à l'utilisation et à la vigilance face aux éventuels effets négatifs... Commenter

Thérapeutique PRESCRIRE OU NON DES STATINES CHEZ LE SUJET ÂGÉ Abonné

personne age

Ce travail espagnol publié dans le BMJ soulève un problème quotidien de l’initiation d’une statine chez un sujet âgé en prévention... Commenter

A découvrir