Edito - Coup de jeune

EditoCoup de jeune

26.01.2018
  • Edito

Depuis la création de la vie conventionnelle, les jeunes médecins non installés ne peuvent pas voter aux élections professionnelles ni prendre part aux discussions avec l’Assurance maladie. À l’heure où s’amorce un important changement de génération médicale, cette réglementation a-t-elle encore sens ? Sans leur faire injure, les syndicats chargés de plancher sur l’avenir de la profession, tous présidés par des hommes sexa ou septuagénaires, ne parviennent pas à porter la voix des jeunes. La dernière convention médicale d’août 2016 a même contribué à creuser le « fossé de plus en plus béant » entre des praticiens bientôt retraités et la relève.

Ces dernières années, les organisations de jeunes ont réclamé à plusieurs reprises le droit de siéger aux négos pour débattre des sujets qui les concerneront dans leur exercice futur. Car les attentes de la nouvelle génération sont parfois très lointaines de celles de leurs aînés. Les futurs médecins plébiscitent le travail en équipe dans des structures pluriprofessionnelles, l’exercice mixte (salarié et libéral), le partage des tâches, la diversification des rémunérations, etc.

Le patron de l’Assurance maladie semble plus ouvert que ses prédécesseurs à l’échange avec les futurs médecins. Il a décidé d’ouvrir aux syndicats de jeunes la prochaine séance de négociation conventionnelle sur la télémédecine, mercredi 31 janvier. Nicolas Revel applique ici les recommandations de Terra Nova. Le think tank classé à gauche préconisait il y a quelques jours d’inclure davantage les futurs médecins dans les politiques de santé et de ne pas réserver les négos aux seuls syndicats seniors représentatifs.

Le législateur s’y met aussi. Un décret attendu depuis plus d’un an doit ancrer officiellement la participation en tant qu’observateurs des structures de jeunes aux fameuses négociations conventionnelles. La ministre de la Santé Agnès Buzyn devrait rappeler l’importance du rôle des futurs médecins lors de son intervention au congrès des internes de médecine générale (ISNAR-IMG) vendredi soir, près de Valence. Et si elle allait un peu plus loin ?

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
canicule

Canicule : attention aux personnes « non vulnérables », alerte Agnès Buzyn

« Je rappelle que les canicules touchent tout le monde ». À l’heure où météo France annonce une nouvelle vague de forte chaleur pour le début de la semaine prochaine, Agnès Buzyn a attiré l...1

Alcool drogue et médicaments tuent davantage sur l’autoroute que la vitesse

conduite et médicament

Sur autoroute, le plus grand danger n'est pas la vitesse : alcool, drogues et médicaments, ainsi que la somnolence et la fatigue, ont été... 2

Les diarrhées aiguës en forte hausse en métropole

Carte Réseau Sentinelles

Avec un taux d’incidence de 93 cas vus en consultation de médecine générale pour 100 000 habitants en semaine 28 contre 73/100 000 la... Commenter

Oganisation des soins TRAVAILLER BEAUCOUP ET TARD NUIT AU DÉPISTAGE Abonné

dépistage oc sensor

Il existe un lien entre l'horaire de consultation et la prescription des dépistages. Cet article du Jama démontre que les consultations... Commenter

Infectiologie SANTÉ DES VOYAGEURS 2019 Abonné

Vue d'avion

Comme chaque année, le BEH met à jour ses préconisations sur la santé des voyageurs. Vaccins classiques et spécifiques, chimioprophylaxie... Commenter

A découvrir