Pédagogie

STRATÉGIES COGNITIVES ET ERREURS DIAGNOSTIQUES  Abonné

Publié le 13/09/2018
Comment les médecins font-ils pour poser des diagnostics et pourquoi se trompent-ils parfois ? Face à un patient, les praticiens génèrent très précocement une ou plusieurs hypothèses, grâce à leur intuition. Dans 5 à 15 % des cas, leur diagnostic est erroné, car ils sont victimes d’un biais de raisonnement.
Ampoule cassee

Ampoule cassee
Crédit photo : VKPH / Adobe Stock

INTRODUCTION

L’activité diagnostique est permanente chez les médecins. C’est notamment le cas dans la pratique de la médecine générale, où le flux quotidien de patients est important. Vu de l’extérieur et pour les médecins eux-mêmes, poser un diagnostic pourrait paraître aisé tant la tâche est routinière et se déroule rapidement. La simple observation du patient et la prise de connaissance du motif de consultation suffisent en effet souvent au médecin pour se faire une idée du problème (1).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte