Stages, ECNi… ce que le coronavirus change pour les étudiants en médecine

Par
Publié le 16/03/2020
stage

stage
Crédit photo : VOISIN/PHANIE

L’épidémie de coronavirus impacte l’ensemble du système de santé et de ses professionnels. Les études de médecine ne font pas exception. En stage à l’hôpital ou en cabinet, les internes de médecine générale sont eux aussi en première ligne et mobilisés au même titre que les autres.

Dans un communiqué paru ce matin, le Collège national des généralistes enseignants (CNGE) rappelle que « dans le contexte épidémique actuel, les maîtres de stage et enseignants de médecine générale continueront à jouer tous leurs rôles, aussi bien pour les patients que pour les étudiants ». Les étudiants en stage ambulatoire de médecine générale restent donc à leur poste. « Ils ont beaucoup à apprendre de la situation actuelle et beaucoup à y contribuer en tant que soignants », ajoute le CNGE.

Pas de changement de stage pour les internes d'Ile-de-France

En Ile-de-France, les IMG resteront d’ailleurs dans leurs stages actuels plus longtemps que prévu. Samedi matin sur Twitter, Didier Jaffre, directeur de l’offre de soins à l’ARS Ile-de-France a annoncé le report jusqu’à nouvel ordre des nouveaux choix de stages, qui devaient avoir lieu ce lundi pour tous les internes de la région. 

Les internes vont donc rester plus longtemps sur un terrain de stage qu’ils connaissent déjà, une familiarité qui peut être une bonne chose dans cette situation exceptionnelle

Même si les IMG sont appelés à jouer un rôle essentiel aux côtés de leur MSU, le CNGE souligne toutefois que « si les moyens de protection, masques, produits d'hygiène s'avèrent manquants et/ou en quantité insuffisante pour assurer la protection des étudiants », les MSU ne doivent pas accueillir leurs stagiaires. « Dans ce cas, ils doivent le notifier aux étudiants et avertir par courriel sans délai les responsables des stages en médecine générale de la faculté. »

Des ECNi tests à domicile

Hier, le ministère de l’Enseignement supérieur a annoncé le report des examens nationaux prévus d’ici au 5 avril, une décision qui n’affecte pas encore la tenue des épreuves classantes nationales informatisées (ECNi) qui doivent se tenir dans trois mois. Mais à partir de ce lundi matin, les futurs internes planchaient bel et bien sur leurs ECNi blancs.

Compte tenu de la fermeture des facultés, tous les étudiants doivent composer depuis leur domicile. Le 12 mars dernier, un test de charge sur SIDES, la plateforme qui gère les ECNi s’était bien passé. Les étudiants vont composer pendant trois jours pour ces ECNi tests. Et un support téléphonique destiné aux étudiants est prévu dans chaque faculté en cas de difficultés techniques.


Source : legeneraliste.fr