Médecine générale

Portraits et expériences de « recommençants » Abonné

Publié le 27/05/2016
Portraits et expériences de « recommençants »

ouverture 1
GARO/PHANIE

Depuis qu'elle a accédé au rang de spécialité, la médecine générale fait l'objet de formations dédiées à ceux qui souhaitent, sur le tard, l'exercer. Le passage par ces D.U. est de plus en plus recommandé par l'Ordre. Face à un afflux de candidats, le CNGE travaille à un diplôme national pour ces vocations tardives.

La médecine générale, un choix par défaut ? Si certains regrettent que la discipline soit une des moins attractives de toutes les spécialités médicales, d’autres, au contraire, la choisissent bien volontiers. Depuis quelques années, des médecins déjà diplômés, après avoir fait une pause, exercé une autre spécialité ou occupé des fonctions dans l’industrie décident de se lancer dans une nouvelle carrière ou de renouer avec la pratique d’omnipraticien. Mais avant de visser sa plaque, un passage sur les bancs de la fac s’impose. Lyon, Paris, Nantes, Rennes, Brest… Depuis près de dix ans,…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte