Myriam Dergham, future généraliste engagée contre les dérives des études médicales

Par
Publié le 06/06/2020
Myriam Dergham

Myriam Dergham

L’emploi du temps d’un étudiant en médecine est déjà un challenge en soi. Pourtant, Myriam Dergham ne semble pas effrayée par les défis supplémentaires qu’elle a choisi d'ajouter à son programme. En parallèle de ses études de médecine à Saint-Étienne, l’externe de cinquième année a également suivi un Master 2 en sciences sociales option sciences politiques. Et c’est dans ce cadre qu’elle prépare aujourd’hui une thèse en sciences sociales sur les risques psychosociaux des étudiants en médecine de la deuxième à la sixième année.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)