Les généralistes « sans thèses » tentent toujours de se faire entendre

Publié le 19/11/2016
thèse

thèse
Crédit photo : GARO/PHANIE

Même à 60 ans, Patrick Grabit se bat toujours pour passer sa thèse de médecine générale. Comme lui, ils seraient au moins une cinquantaine, sans doute plus, anciens résidents qui se sont retrouvés piégés par la réforme du 3e cycle. Tous ces médecins ont réalisé leur troisième cycle avant la réforme de 2004 qui a vu la création des ECN, et le remplacement du résidanat par l’internat en médecine générale.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)