Courrier des lecteurs

La suppression du grec et du latin nuira à l’art médical  Abonné

Publié le 11/08/2015

Pour la médecine, l’arrêt de l’enseignement des langues mortes et des civilisations antiques au collège va priver nos étudiants d’un savoir lexical, historique et philosophique qui fonde la pratique de l’art médical.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte