SSPT, anxiété, dépression… Les internes de médecine générale paient le prix fort de la crise du coronavirus

Par
Publié le 22/05/2020
Image d'illustration

Image d'illustration
Crédit photo : BURGER/PHANIE

Après plusieurs mois de mobilisation sans faille, les internes de médecine de toutes les spécialités payent déjà les lourdes conséquences de la crise sanitaire. Leur santé mentale n'a jamais été aussi mauvaise. Selon une enquête réalisée par l'Intersyndicale nationale des internes (Isni), un interne sur trois présente des symptômes de stress post-traumatique depuis la crise du coronavirus.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)