Espace Installation

Patients transgenres : le généraliste en première ligne

Publié le 31/01/2020
Accompagner un patient porteur d’une dysphorie de genre dans son parcours de soins implique de comprendre ses besoins, ses attentes et de savoir l'orienter. Par crainte d’être jugé, le patient transgenre n’a pas toujours spontanément recours à son médecin traitant. Celui-ci devrait pourtant jouer un rôle majeur dans son suivi médical et psychologique. A la condition d’y être préparé.
Médecin généraliste dialoguant

Médecin généraliste dialoguant
Crédit photo : GARO/PHANIE

Environ 25 millions de personnes dans le monde seraient concernées par la transidentité. Parfois sujet à une grande souffrance psychique qui peut être ponctuée d’épisodes dépressifs, le patient transidentitaire a plus que tout autre besoin d’une écoute attentive et d’un accompagnement spécifique, médical et psychique. Son parcours de soins, notamment s’il nécessite une réassignation de genre, comporte de nombreuses étapes médicales et psychologiques qui devraient théoriquement pouvoir débuter dans le cabinet du médecin traitant.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)