Visser sa plaque

Acheter une patientèle : luxe ou nécessité ?

Publié le 13/10/2017

Le marché des cessions de clientèle semble s’être réduit à peu de chose, alors qu’elles étaient courantes voici quelques années. Elles sont beaucoup plus rares aujourd’hui, en tout cas chez les médecins généralistes du fait d’une conjonction de facteurs : moins de jeunes optent pour le libéral, a fortiori s’il s’agit d’un exercice en solo, et, compte tenu de la démographie actuelle vieillissante, un jeune praticien qui souhaite s’installer peut tout à fait ouvrir un cabinet juste à côté de celui d’un médecin qui part à la retraite et capter sa clientèle sans verser le moindre euro.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)