Études médicales

Faut-il supprimer le numerus clausus ?

Publié le 02/10/2015
C’est la rentrée aussi dans les facs de médecine et la découverte des amphis et des polys pour des milliers de bacheliers. Beaucoup d’appelés en PACES et, au final, moins de 10 % d’élus… La sélection est impitoyable, mais pour quoi faire ? 40 ans après son instauration, des voix de plus en plus nombreuses s’interrogent sur l’utilité et l’efficacité du numerus clausus. Mais personne n’a encore trouvé comment le remplacer…

Crédit photo : GARO/PHANIE

En 2014, 58 567 étudiants étaient inscrits en PACES, la première année commune aux études de santé, pour 7 497 « places » en médecine. Soit un taux de réussite de 12,8 %. Cette année encore, il est d’ores et déjà certain que le numerus clausus en laissera de nouveau un bon nombre sur le carreau. Cette sélection drastique interroge depuis quelques années.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)