Etudes de médecine

Burn-out, les internes aussi

Publié le 29/01/2016
Burn-out, les internes aussi

ouverture
APHP-COCHIN-VOISIN/PHANIE

Ils sont 11 000 praticiens en herbe à se former actuellement en troisième cycle de médecine générale. Comment vont-ils ? Le titre volontaire - « Dépassons les frontières ! » - du 17e Congrès de l'ISNAR-IMG inclinerait plutôt à l'optimisme. Pour autant, ces derniers temps, les témoignages et les recherches montrent que le burn-out n'épargne pas non plus la nouvelle génération.

Et dire qu'on présente cette génération comme celle des enfants gâtés de la médecine ! Courtisés, mieux formés que leurs aînés, les quelque 11 000 internes en médecine générale ont, de fait, l’embarras du choix et voient toutes les portes s'ouvrir devant eux… Et pourtant, depuis quelques années, des chercheurs alertent sur un phénomène jusque-là passé sous silence : à l’instar de leurs aînés, le blues atteindrait aussi les jeunes pousses de la discipline. Si l’on en croit une toute récente méta-analyse du JAMA, le phénomène ne serait d'ailleurs pas si neuf et pas spécifique à la médecine…

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)