« Applaudis au printemps, contraints à l'automne », les étudiants répliquent aux menaces de coercition

Par
Publié le 20/11/2020

Crédit photo : MAURO FERMARIELLO/SPL/PHANIE

Les applaudissements du printemps laissent un goût amer aux jeunes et futurs généralistes à l’approche de l’hiver. Alors que leur mobilisation aux côtés de leurs aînés pendant toute la crise sanitaire n’est pas à remettre en cause, les médecins de demain se voient remercier par de nouvelles menaces contre la liberté d’installation. Lors de l’examen au Sénat du PLFSS 2021, les parlementaires n’ont pas manqué, comme chaque année, de faire des nouvelles propositions de conventionnement sélectif.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)