1er mai 2015 : les internes triomphent, les hôpitaux s’affolent

Publié le 30/04/2015

Crédit photo : BURGER/PHANIE

"C'est un énorme problème, pour nous. Personne n'est prêt, tout le monde se ronge les ongles". Interviewé par l’AFP, Loïc Capron, le président de la CME de l'AP-HP résume assez bien le sentiment des responsables hospitaliers à la veille de la réduction du temps de travail des internes qui doit entrer en vigueur le 1er mai. Ces derniers passent actuellement plus de soixante heures en moyenne par semaine dans les hôpitaux, loin des 48 heures fixées par la législation européenne.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)