FMC Cancer du poumon - Cancer pulmonaire et mortalité précoce
FMC

Cancer pulmonaire et mortalité précoce

09.01.2015
  • Cancer pulmonaire et mortalité précoce-1

Le taux de survie du cancer pulmonaire est faible car le diagnostic est tardif. Les patients consultent d’abord leur médecin traitant avant d’être redirigé vers un centre spécialisé. Il est donc important, pour le médecin généraliste, de reconnaître les éléments cliniques permettant de suspecter le diagnostic.

Une équipe anglaise a étudié la prise en charge diagnostique par le médecin traitant des patients atteints de néoplasie pulmonaire (1). Sur plus de 20 000 cas, elle rapporte...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Solidarité

Des médecins se cotisent sur Twitter pour permettre à un confrère de rester auprès de sa compagne malade

Twitter n'est pas qu'une plateforme où le bashing règne en maître. Le réseau social peut aussi s'avérer être un formidable vecteur de solidarité. "Doc Holiday", médecin généraliste remplaçant (qui...4

Antibiotiques, du mieux sur la ville

Antibiotiques

Stabilisation, voire diminution des consommations d’antibiotiques, prescriptions plus conformes aux recommandations ou encore baisse des... Commenter

Violences conjugales : « nous, médecins, avons un rôle majeur à jouer ! »

Dialogue médecin-patiente

D’après une thèse du Dr Marie Le Bars, un généraliste recevrait chaque jour en consultation une moyenne de 2 à 3 femmes victimes de... 1

Urologie LA DYSFONCTION ÉRECTILE RÉSISTANTE AUX IPDE-5 Abonné

Dysfonction érectile

La mise sur le marché du Viagra en 1998, puis d’autres inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 (IPDE-5) a révolutionné la prise en... Commenter

PNEUMONIE, PAC OU PAS PAC ? Abonné

Pneumonie

Avec une incidence de 4,7/1 000 personnes/an, la pneumonie est une pathologie relativement fréquente en soins primaires. à l’occasion de la... Commenter

A découvrir