Sécurité du patient

A PRESCRIPTION NON RELUE SUCCEDE SOUVENT L’IMPREVU…  Abonné

Publié le 09/12/2011
Aucun professionnel ne semble à l’abri d’un oubli ou d’une distraction. Pourtant, une prescription non ou mal relue devrait être considérée par tout médecin comme un événement porteur de risque pour le patient.

M. C. 50 ans vous consulte un matin car depuis la veille il a constaté que sa jambe est devenue rouge, chaude et douloureuse. Ces signes l’ont alerté immédiatement car ce patient a eu une thrombophlébite profonde de la même jambe deux ans auparavant.

Ce jour-là, vous avez été pris dans un embouteillage et vous arrivez en retard. La salle d’attente est déjà pleine. Quand vous voyez M. C, vous vous dites qu’il vous faudra sûrement plus d’une demi-heure pour prendre en charge ce patient aigu : votre stress monte d’un cran.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte