Exercice

PARLER LIBREMENT DE NOS ERREURS MÉDICALES  Abonné

Publié le 29/04/2011
Nos décisions et comportements au cours des consultations sont souvent influencés par des facteurs extérieurs qu’il est nécessaire de connaître et d’analyser, pour mieux les dominer et diminuer les erreurs médicales qu’ils peuvent engendrer.

Mademoiselle Anne, 22 ans, que son médecin connaît depuis l’heure de sa naissance, a établi avec lui une relation de confiance forte, elle connaît son respect du secret médical. Elle avait consulté pour un test de grossesse, positif et désirait une IVG. Elle n’avait pas de relation fixe, pas de contraception et c’était au cours d’un « rapport d’un soir » mal protégé qu’elle serait « tombée enceinte ». Les modalités de l’IVG avaient été expliquées et elle avait été orientée vers le centre d’orthogénie de la ville.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte