Zapping

Mortelles fractures de l'extrémité supérieure du fémur  Abonné

Publié le 05/02/2016

Crédit photo : GJLP/SPL/PHANIE

L'état de santé du patient, puis son âge, puis son sexe, sont les plus corrélés à la survie post-fracture de l’extrémité supérieure du fémur.

La DREES a mené plusieurs études observationnelles à partir des données de 95 000 patients hospitalisés en 2008-2009 pour FESF, assurés au régime général de l’Assurance Maladie (soit 71,4 % des séjours) (1). Le suivi, étudiant la mortalité, était de 12 mois, durant lesquels 1 femme sur 5 et 1 homme sur 3 sont morts.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte