Gynécologie

Les mycoses génitales ne sont pas si simples  Abonné

Publié le 24/05/2013

Pathologie sans gravité, liée à une modification de l'écosystème vaginal avec prolifération du candida, la mycose génitale pose problème en raison du risque de récidives.

J’EXPLIQUE

› Les mycoses génitales sont traduites le plus souvent par un prurit tenace et handicapant ou par des pertes parfois malodorantes et peuvent avoir de sérieuses répercussions sur la vie sexuelle.

› Le diagnostic positif est souvent simple : rougeur anormale de la vulve, oedème inconstant, sécrétions blanchâtres sous forme de grumeaux, et surtout fissures vulvaires.

En l'absence de ces signes le diagnostic de mycoses doit être réservé et une culture effectuée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte