Communication

L’EFFET MÉDECIN SUR LA FIEVRE DE L’ENFANT  Abonné

Publié le 15/06/2012
Les affections virales du petit enfant génèrent une grande anxiété chez les parents. Aux côtés des mesures antipyrétiques, l’approche médicale rassurante est aussi thérapeutique.

Crédit photo : ©MAY / BSIP

Mr et Mme P. se sont déplacés ensemble…avec Louis, 3 ans qui ce matin tousse, est enrhumé et a 39°. Ils ne sont allés travailler ni l’un ni l’autre. Évidemment, Louis n’a pas pris son petit-déjeuner : il n’a pas faim ; il a quand même bu un verre de lait. C’est un jeune interne qui les reçoit. L’enfant est bougon et se met à hurler quand l’examen commence. Aucun signe clinique n’est retrouvé et la conclusion est : rhinopharyngite virale. L’interne a du mal à se faire entendre au sens propre et figuré : ce n’est pas grave. « Mais il a 39° et il n’a pas mangé ! ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte