Mélanome

l'ABCDE DU DÉPISTAGE  Abonné

Publié le 15/12/2017
La précocité du diagnostic est un des plus importants facteurs pronostiques du mélanome. La forme nodulaire, ­rapidement évolutive et de mauvais pronostic, n’est pas rare et justifie une exérèse sans délai.
Melanome

Melanome
Crédit photo : Phanie

L’incidence du mélanome double tous les 20 ans dans les pays industrialisés. La mortalité augmente moins vite que l’incidence, probablement grâce au dépistage précoce de lésions superficielles, et peut-être grâce aux progrès thérapeutiques. En pratique, seuls 25 % de ces patients à haut risque font au moins un auto-examen annuel.

Chiffrer le risque

L’Institut national du cancer conseille aux patients à risque de mélanome un auto-examen cutané 4 fois par an.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte