Est-il possible d’améliorer la situation, si oui par quel moyen ?  Abonné

Publié le 20/05/2011

Pour Olivier Kandel (Poitiers), la sous-notification des effets indésirables résulte de plusieurs freins. La procédure de notification n’est pas assez simple, « elle est chronophage », l’effet des campagnes de sensibilisation est de courte durée, les médecins ne jugent pas utiles de signaler les effets secondaires déjà connus estimant que c’est inutile. Les médecins ne savent pas que l’épidémiologie fine des effets indésirables n’est pas connue et que leurs déclarations sont une action de santé publique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte