Hypertrophie bénigne de la prostate (HBP)

Des réticences à surmonter  Abonné

Publié le 11/06/2010

La prostate est souvent associée par les patients à des notions de masculinité, de fertilité et de virilité. Des représentations qui confèrent aux maladies de la prostate, même bénignes, une charge symbolique importante et expliquent les réticences de nombreux hommes au dépistage et aux traitements.

«Les levers, la nuit, pour aller faire pipi sont de plus en plus fréquents. Pourtant Mr S., 63 ans, ne parle de ces difficultés urinaires qu’en fin de consultation. Son médecin traitant lui recommande de faire un bilan de sa prostate pour la prochaine consultation…»

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte