CONCLUSION  Abonné

Publié le 27/06/2014

Si le diagnostic de tendinopathie mécanique est habituellement facile, le danger est de faire un diagnostic par excès et de négliger une pathologie articulaire, osseuse, neurologique (radiculaire, plexique ou tronculaire) ou vasculaire. Il faut toujours s’assurer d’une corrélation avec la clinique en cas d’image anormale en échographie ou en IRM, certaines lésions tendineuses pouvant être bien tolérées et asymptomatiques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte