Goutte

Comment soigner un bon vivant  Abonné

Publié le 02/10/2009

Paradoxe du traitement de l'hyperuricémie : soigner un patient qui aime souvent la bonne chère et la convivialité pour lui indiquer un régime maigre où les bons petits plats et l'alcool sont interdits. Pas toujours facile de modifier des habitudes alimentaires qui s'inscrivent souvent dans une culture familiale ancienne….

«André, 59 ans, souffre d'hyperuricémie depuis plusieurs années et a présenté déjà plusieurs crises aiguës de goutte. D'origine périgourdine, il a du mal à se mettre au régime... »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte