CHAPITRE 4 : CE QU'IL NE FAUT PAS FAIRE  Abonné

Publié le 13/11/2015

Il ne faut pas accepter le diagnostic d'hémorroïdes « fourni » par la patiente, sans examen physique.

> La fissure peut être difficile à voir notamment à cause de la vigilance anxieuse du patient et de la contracture anale ; douceur et patience permettent de déplisser la marge anale suffisamment pour voir la fissure dans la majorité des cas.

> Si les symptômes sont très caractéristiques, il n'est pas nécessaire de s'acharner à mettre en évidence la fissure ni de chercher à faire un toucher rectal à tout prix.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte