Applis, e-consultations, sites de notation...

Va-t-on « uberiser » la santé ?

Publié le 20/11/2015
Va-t-on « uberiser » la santé ?

ouverture
Phanie

U-be-ri-sa-tion... Ce néologisme a été popularisé en France par la révolte des taxis et les débats autour de la loi Macron. Les plus inquiets estiment que des pans entiers de l’économie pourraient, à terme, être concernés par cette révolution libéralo-numériquo-consumériste. Et si la médecine était à son tour touchée ? Certains experts s’interrogent. Mais pour l’heure, les verrous qui protègent le système de soins ne semblent pas près de sauter.

Le terme est sur toutes les lèvres. Galopante, l’ubérisation, enfant naturel de la numérisation et de la déréglementation, n’épargnerait aucun secteur d’activité, des transports à l’hôtellerie en passant par le tourisme… Au point que, dans les colloques et congrès médicaux, il n’est plus rare d’entendre politiques, économistes ou médecins évoquer l’avènement de l’uberisation dans la santé. Un peu de numérique, quelques objets connectés, des applis : tels sont les éléments associés à son développement. Mais à quoi correspond réellement cette nouvelle alchimie ? Si les…

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)