Santé connectée

Les deux tiers des médecins utilisent leur smartphone comme aide à la prescription

Publié le 17/02/2015

Crédit photo : ROBERT BROOK/SPL/PHANIE

C’est de plus en plus le véritable couteau suisse des médecins ! Sans surprise, ils sont aujourd’hui 94% à faire usage de leurs smartphones pour aller sur internet, et 19% à l’utiliser en consultation. Le troisième baromètre Vidal-Conseil National de l’Ordre des médecins sur l’usage des smartphones chez les médecins nous apprend que la plupart des applications sont moins utilisées par rapport à 2012, hormis celles de bases de données médicamenteuses. Un usage qui rejoint celui de leur navigation internet : parmi les sites professionnels les plus consultés depuis leurs portables, on retrouve en première place les bases médicamenteuses (77%), les sites d’actualité médicale (59%), les sites de formation médicale continue (37%) et les sites des institutions (36%). Depuis 2012, date du dernier baromètre, l’utilisation du smartphone comme aide à la prescription s’est également développé : les médecins sont 64% à l’utiliser pour établir leur prescription contre 34% en 2012.

Iphone et Android ne sont pas seulement devenus des outils précieux dans leur pratique; les médecins prennent aussi davantage en compte l’utilisation que peuvent en avoir les patients. 2154 utilisateurs de smartphones ont été sondés pour l’occasion. A l’heure du boom des applications santé et autres objets connectés, s’adressant davantage au grand public, les médecins commencent en effet à conseiller leurs patients dans ce domaine. 17 % d’entre eux le faisaient en 2014, contre 8 % en 2013. Les conseils se portent particulièrement sur des applications pour le suivi de la glycémie (19 %), le suivi et des conseils nutritionnels (11 %) et le suivi tensionnel (9 %). Pour les objets connectés, les tensiomètres, glucomètres et podomètres tiennent la corde.


Source : legeneraliste.fr